Horrible eyes -- 4

Quatruème issue de HE… composée de reviews et inties réunis entre 2003 et 2010. HE se pose là. Le design dense, rappelant parfois un vieux manuel de par la police utilisée, permet de coller une sacré dose de matière (live reviews, chro, zine reviews, book reviews, une tonne d’inties). Assez rapidement, on se rend compte de l’érudition, jamais pompeuse, de l’auteur. Outre sa maitrise de l’anglais, Ronald assure tout simplement dans un style adulte et bien senti, n’hésitant pas à sortir sa langue de sa poche quand un truc est moisi. Une fois de plus, l’éloquence est bien sentie, le zine est digeste malgré sa densité. Chaque intie est différente et on peut se taper une retrospective de Repugnant avec Mary Goore, un délire sur les lyrics de Portal avec le vocaliste, un retour sur la vie de Necrosanct… Cohabitent death à l’ancienne, black évocateur, doom dans un zine qui sans toucher à l’occulte comme un Dauthus n’en retient pas moins que le metal est une expérience qui se doit d’être évocatrice. Cette agrégat de 7 ans de matos permet aussi de revenir sur le passé, certes proches, et c’est un plus. Coté musique, l’éditeur attend crédibilité, essence et personnalité mais sans jamais nous la jouer élitiste. La variété est donc de mise (fleshpress, wounded kings, ascension, necrosanct, etc etc) tout au long de cet épais numéro.

La sentence de TSOTL : Un zine tout simplement captivant que j’ai lu de a à z, je ne m’étendrai pas plus sur le sujet, la justesse du propos est très souvent de mise… une lecture obscure indispensable. Typiquement le genre de zine qui donne envie d’arrêter ! Qui nous rappelle pourquoi on ne fait pas d’intie.