Devilment zine 3

Apres une issue II sympathique, voici Devilment III, datant un peu certes mais c'est sans importance. En anglais par un français exilé en la perfide Albion, ce zine m'a légèrement rappelé Dauthus et je m'explique ou plutôt je paraphrase l'intro de l'issue II expliquant le ton des chroniques. Monsieur Gravegoat ne s'intéresse pas aux aspects pratiques, type qualité de la prod etc, mais au coté « religieux », je cite, que procure l'écoute d'un disque. Est-il sombre ? Évocateur ? Le concept est intéressant même si le coté parfois un peu occulte de la chose, d'où la référence à Dauthus, me laisse parfois de marbre.

Le ton reste particulier, et une ambiance règne indéniablement sur ce zine. Sombre, on est loin du délire die hard d'un Darkness Against Light ou de bêtises true-isante et surtout boutonnantes. L'éditeur est un farouche défenseur d'un metal devant rester underground, de l'expérience que doit constituer l'écoute du metal et évidement opposé à internet et ses dérives myspaciennes.

De là le zine n'a pas d'étiquette précise, bien qu'évidement, vous n'y trouverez ni grind ni behemoth. Le black tout comme le death se doit d'être sombre pour figurer ici bas. Un aspect sympatique est le coté doom du zine (plutôt traditionnel type Warning etc). Ce double amour explique sans doute pourquoi les sorties du label I Hate Records sont assez présentes.

Au sommaire de cet issue 3, des interviews rondement menées, pointues mais points chiantes de Nirvana 2002, Warhammer, Crucifire, Martyrvore, Church Bizarre, Mutilated Messiah, Faith et Horrible Eyes zine, Solstice, Moss, Paramaecium et pas mal de reviews sans être pour autant un catalogue de releases loin de là. Pas mal de noms me sont inconnus, sans pour autant taper dans le sous groupe true sans aucun intérêt du fin fonds de la Croatie, et ça j'apprécie toujours.

T gravegoat a une très bonne maitrise de l'anglais et ne se prive pas de nous le montrer au risque d'être parfois pompeux mais ce faisant, il est sur de ne pas dénaturer l'esprit qu'il injecte dans ce zine. Esprit discrètement soutenu par un design underground sobre.

Le verdict de TSOTL : une sombre ambiance un peu austère plane sur ce zine sérieux sans être trop pompeux. Sous un aspect sectaire en terme d'approche, on trouve ici à boire et à manger en terme de style quand on y regarde bien (le coté doom est bienvenu). On pourra reprocher aux chroniques d'être trop personnelles mais en même temps l'approche chronique objective n'a pas vraiment de sens quand on y pense. A vous de voir si vous accrochez à certains groupes que Gravegoat apprécie pour en faire une référence (au sens large) ou pas.




Devilment zine 4

Dans un anglais toujours parfait, le français exilé en la perfide Albion, a cette fois-ci axé ce nouveau numéro de Devilment sur du heavy/doom. On note aussi le nouveau format A5, plus metal parait-il. On commence par un édito moins philosophique que la dernière fois mais toujours une lutte contre le net : « don't let metal become another channel of the internet subculture, buy the proper cd and LPs, take some time to sit down with a glass of whiskey and let the needle descend slowly on the latest metal relic of your choice ».

Coté intie: Demon Eyes, Portrait, Asomyel, Isenscur, Iron Void, Gutwrench, Hour of 13, Griftegard. Une rubrique Vulgar Retrolatry (au titre assez clair) et des reviews, une chro de concert etc..

Bref du vieux heavy français des 80's avec Demon Eyes, du black avec Isenscur, du heavy black sabbathien avec hour of 13 et d'autres, du metal priest-ien/mercyful fat-ien avec Portrait. On notera donc un début de fixette sur du heavy des familles ainsi que du metal black sabbath-ien. Les inties sont toujours aussi bien faites, je les ai toutes lues. J'ai bien aimé l'idée d'interviewer Gutwrench, un vieux truc de death Hollandais (souvenirs...). Les inties de Iron Void, Hour of 13, Griftegard, Gutwrench sont vraiment bien. Cerise sur le gateau un cd (avec griftegard, asylum bell, grave misama, tortured spirit, witchtrap, demon eyes, iron void, portrait, isenscur) complétant plus qu'idéalement cette lecture..

Le verdict de TSOTL : the goat works mysterious ways... en effet, de par son format et une orientation plus doom, Devilment m'a encore surpris. Si l'approche peut paraitre intégriste et certaines reviews en faisant trop, n'en reste pas moins que T gravegoat a une fois de plus sortie un numéro personnel rendant ce zine unique, sérieux et bien fait. Le coté heavy fute moule burne de Portrait/demon eyes, me rebute un peu mais la variété est là. Bien foutu... ce numéro contaminera sûrement des lecteurs au metal black sabbath-ien... je l'ai d'ailleurs lu avec le 1er album en boucle eh eh he.




Devilment zine 5 - 2011

Bon cette review sera courte et je l’assume. Si vous connaissez ce zine, vous avez déjà, sauf problème de déficience mentale, cette issue 5 entre les mains, sinon je vous invite à relire les chros des issues précédentes, ou mieux encore à ne pas perdre votre temps et à chopper Devilment zine... basta !

Inties: Ossuaire, Funeral Circle, Lamp Of Thoth, Entrails, Eroded, Daark OFrest, Abysmal Grief, Hellpike recs, Sabbat.

Le verdict: vous êtes cons ou quoi ? z’avez toujours pas compris ! Mettle of deaaaaatthhh !!!