Verminous - The Unholy Communion - 2013 (Xtreem Music)

Track listing :
10 titres

--




Parmi les 1ers a ressusciter le death suédois à l’ancienne avec Repugnant et Kaamos, Verminous a vite sombré, Germaniac (guit/vox) étant victime d'acouphène et chacun décidant de mener sa barque. N’oublions pas non plus le désert total pour le style à l’époque de leur 1er release. Ce n’est que par la suite que le nom de Verminous s’est répandu grâce à la qualité de leur 1er release. Déjà quand on parle de death suédois, on se fourvoie car Verminous est plus US que cela. Très sec et brutal, le style du groupe laisse peu de place à la mélodie et préfère asséner une suite de riffs teigneux avec conviction.

Dans la droite lignée du 1er release, «The Unholy Communion» joue la carte de l’agression et du bon vieux death teinté de thrash. La citation de lyrics de Slayer made in 1986 dans le booklet permet de situer un peu l’esprit agressif recherchée. Je citerais aussi le thrash allemand façon Kreator et un peu Possessed toujours pour situer le niveau d’amour du prochain dispensé par le groupe. Simple sans être plus simpliste, le groupe lorgne un peu plus vers le death suédois tout de même sur cet album de par des chorus plus présents avec plus ou moins de succès («Immersed in semen» pour le coté succès, «Old is the shadow of death» pour le raté).

Allez savoir, alors qu’il y a plus de passages catchy que sur leur 1er album (proto soli parfois groovy, parties lentes, chorus, fill de batterie), alors que ça a l’air mieux arrangé et moins linéaire, ce second release m’a glissé dessus. Les compos renvoient un coté très bon élève, sincère mais scolaire surtout pour les parties rapides. Pour exemple le chorus au bon moment mais pas gegene de «Old is The Shadow Of Death», limite à coté, le soli qui suit a tout à fait sa place mais donne le même effet. Avec l’effet de surprise envolé, le style n’est plus sauvé par cette intensité dans le jeu et les quelques injections de groove salace, façon «Verminous Fluid: Part II» tombent parfois à coté. Il faudrait quelques appels au d-beat. Résumons: oui le groupe sait y faire dans le style sec comme un coup de trique, oui en live cela doit donner, oui il faut donner plusieurs écoutes pour apprécier la qualité, oui des tonnes de groupe devraient en prendre de la graine, oui c’est peut être un album à donner à un néophyte pour lui montrer ce qu’est le death à l’ancienne, oui la style est pur et fait honneur au vrai death mais de mon coté je trouve cette reformation dommageable pour le nom de Verminous. Pour me venger je m’en vais écouter Sadistic Intent...