UNSANE - Singles 1989-1992 - 1992 ( City Slang / Matador )

Tracklisting :

1 – burn
2 – this town
3 – urge to kill
4 – vandal x
5 – streetsweeper
6 – concrete bed
7 – my right
8 – jungle music
9 – blood boy
10 – 4 stix
11 – boost
12 – el mundo
13 – untitled

17/20

S’il y a bien un groupe qui incarne à la perfection tout le stress et la tension liés aux grandes métropoles, c’est bien celui là. Et quand on apprend qu’Unsane vient de New York, on ne peut qu’être renforcé dans cette idée. Ce trio fait ses premières apparitions en 1989 avec plusieurs 45t sortis sur différents petits labels underground et un goût prononcé pour le sang. Ce sera désormais la marque graphique du groupe : des photos de meurtres ou de suicide dont certaines peuvent s’avérer troublantes. La légende disait que Chris Spencer, le guitariste, avait piqué des photos au FBI. LA vérité est beaucoup plus banale : Rotten ou autres sites spécialisés dans le genre. Le premier album, éponyme, verra le jour en 1991. Le choix d’arrêter cette collection de singles en 1992 est lourd de sens. Cette année verra la disparition du batteur Charlie Ondras. Il sera par la suite remplacé par Vinnie Signorelli (Swans, Fœtus). Ces morceaux présentent alors un jeune groupe et surtout un nouveau son. On ne va pas parler ici d’un vent de fraîcheur, ce serait mal approprié et plus que déplacé, mais plutôt d’un nouveau souffle putride et malsain. Unsane pratique une noise crade et viscérale, qui transpire la rage, la frustration, le stress et le béton. Pas question ici de structures alambiquées, de rythmiques à contretemps si chères à ce style. Non, Unsane, c’est direct, sans fioritures. Les morceaux tournent généralement sur 2 à 3 riffs, construits sur une rythmique lourde à la limite tribale. Là-dessus se greffe une guitare stridente, crade et brouillonne, qui puise ses influences certes dans la noise et le punk (l’influence des Melvins et de Black Flag n’est pas loin) mais aussi dans le blues. Un blues poisseux et désespéré, un blues définitivement urbain, un blues de white trash qui survit au jour le jour.
En l’espace de quelques singles, Unsane définit un nouveau style, un nouveau son. Nombreuses sont les formations qui se réclameront du combo New Yorkais. En pleine éclosion d’un scène appelée « grunge », la côte est répond avec une musique encore plus crade et désabusée. On se rappellera aussi des débuts d’Helmet, à des années lumières de la musique aseptisée qu’ils nous servent aujourd’hui. On se rappellera aussi des débuts de Today Is The Day, groupe devenu aussi une référence vivante et un incontournable de la noise actuelle (même si le groupe sonne beaucoup plus métal aujourd’hui). Et l’Hexagone n’est pas en reste avec les Lyonnais de Condense, les Bordelais de Sleeppers et les Tourangeaux de Portobello Bones, appartenant aussi à cette mouvance noise tellement représentative des early 90’s.
Début des 90’s, avec des groupes comme Unsane, Today Is The Day et Neurosis, le ‘‘rock’’ dit extrême prend une nouvelle tournure. Plus rien ne sera jamais comme avant.