TRISTITIA - One With Darkness - 1995 ( Holy Records )

Track List :

1. Sorrow
2. Kiss The Cross
3. One With Darkness
4. Winds Of Sacrifice
5. Burn The Witch
6. Hymn Of Lunacy
7. Ashes Of The Witch
8. Dancing Souls
9. Adagio 1809
10. Reminiscences Of The Mourner
11. Dance Of The Selenites

14.5/20

Chouette une de mes chros qui va coller à l’actu avec la réedition de cet album…aaaaaarrrg holy rec...enfin bon je pense que les qualités de ce groupe feront oublier son triste label et les errances de son boss, j'ai nommé SAS, mister chemises à jabots, monseigneur j'ai lu Molière en cours de Français en 6ème et depuis j'en peux plus...enfin bon espérons qu'il quitte ses lunettes de soleil la nuit (à défaut de les quitter quand il porte des habits de l'époque où ce type de lunettes n'existaient pas).

Tristitia donc...tout droit venu de Suède, le main man de ce groupe est en fait chilien. Guitariste de son état, l'animal maîtrise l'instrument, notamment la guitare classique : c’est un vrai gratteux quoi...c 'est un plus à noter car sans nous rebattre les oreilles il utilise son manche avec dextérité. Ce genre de compliments est rare chez moi qui déteste plutôt les soli etc...mais ici c'est un plus...Luis est assez inventif et cela apporte de la variété...

Le groupe est aussi caractérisé par la voix profonde, grave et austère de Thomas Karlsson. Elle est assez spéciale mais arrive à créer une ambiance d'autant plus qu'il alterne avec une voix plus BM (qui rend bien rassurez-vous, pas de voix de canard ou de cri de chatte en chaleur à la Cradeul of filsse...). Certains la trouveront, je pense, horripilante : à essayer avant d’acheter donc. Tristitia est résolument doom...ne serait que par le sentiment qui se dégage des ses titres. Attention ce n’est pas du funeral mais bien du doom metal. Cet album est assez réussi...une intro guitare classique, on enchaîne sur "Kiss The Goat" très représentatif du son du groupe...au milieu un break de voix religieuses féminines, on aime ou on aime pas…. Sur "One With Darkness", on monte en qualité...assez progressif pour mettre une ambiance en place, les titres sont plutôt longs. Une certaine dose de brutalité est là, le groupe sachant plaquer les accords, sortir un bon riff doom et surtout jouer sur les contrastes et les ambiances. Ces contrastes sont très présents sur "One With Darkness" où on passe d'un riff incantatoire à des passages plus planants...tristes…vides...on atteint l'apogée sur le break à l'orgue, accompagné d'une guitare sèche...avec ce titre on aura bien compris l'essence du groupe.

Le style est assez spéciale...je vous conseille d'y jeter une oreille avant d'acquérir sur l'album car peut être n'aimerez vous pas la voix ou certains mélanges...personnellement, je trouve que chaque élément a sa place mais on peut trouver ça parfois un peu pompeux. On ne tombe pas dans le coté basique du doom grâce aux multiples arrangements et aux solis/progression finement ciselés par Luis B Galvez...un bon exemple sur "Winds Of.."...un break part sur un solo mélancolique en son clair...progresse lentement sur quelques notes du plus bel effet. "Burn The Witch" est un morceau de guitare sèche, triste et légèrement "hispanisant". Parfois, acoustiques et électriques s'entremêlent comme sur le réussi "Ashes Of The Witch". Sur l'excellent "Dancing Souls", un bon départ à la guitare en son clair avant d'arriver sur un riff plus doom/Black Sabb tu meurs. Enfin bon, je ne vais pas détaillé la liste d'arrangements et de progressions...

Un bon album de Doom, assez spécial...il faut être dans l'état d'esprit mais une fois dedans on écoute d'une traite...un beau travail à la guitare...un bel effort de composition...et surtout un style propre au groupe et de la cohésion.

Un second album "Crucidiction", que je n'ai toujours pas écouté, est sorti l'année suivante sur le même label. Et un autre en 1999, "The Last Grief", toujours sur **** records, avec un autre vocaliste...depuis je ne sais pas ce qu'ils sont devenus...