The Exploited - Punks not dead - 1981 (DIY)

Tracklisting:
1. Punk's Not Dead
2. Mucky Pup
3. Cop Cars
4. Free Flight
5. Army Life
6. Blown to Bits
7. Sex & Violence
8. SPG
9. Royalty
10. Dole Q
11. Exploited Barmy Army
12. Ripper
13. Out of Control
14. Son of a Copper
15. I Believe in Anarchy
16. Dogs of War
17.What You Gonna Do

18/20

J’ai une affection particulière pour ce combo pour deux raisons, déjà musicalement ça me botte j’y reviendrais mais aussi car Wattie le chanteur de la bande est un authentique et vrai punk, à encore 47 ans il continue à representer un bon gros majeur levé en direction du quasi monde entier et ce depuis 1979... quasi 30 ans de service saignant sans jamais trahir son style et son esprit... aucun compromis.

The Exploited est un groupe de ce qu’on appellait du punk hardcore voir du oï. Là où les Sex Pistols, certes formé en 1975, managés par Malcolm Mac Laren dans un esprit un peu situationiste et carrément commercial à la fin, était un peu arty et allons y gaiement dans un esprit de bourges blasés auto destructeur, The Exploited est lui un pur groupe de prolo anar. Paroles revendicatrices basses de plafond, riffs simplistes mais béton, motivation et rage palpable, baston dans les concerts, un peu de came, beaucoup de bières... tout y est. Bref exit les Sex Pistols, les Clash et autres groupes trop soft. The Exploited c’est le genre de groupe qui se fait interdire de radio après une invitation pour y jouer live qui part en couille, interdit de concert un temps au Canada et en France. The Exploited c’est le groupe qui n’a jamais signé sur un gros label (pour eux, Epitaph est une major du disque), The Exploited a été parmi les premiers à faire du Do It Yourself, credo lancé par CRASS. The Exploited est le groupe qui a radicalisé le punk et montré qu’il était plus qu’une mode !

Je vous passerais des commentaires sur le son ou la prod complétement hors de propos pour focaliser sur l’energie qui se dégage de ce disque. Un véritable appelle à sauter comme un mongole dans une fosse et à gueuler du bon gros refrain en tapant ton voisin et en bombardant de canettes de bières toute forme d’autorité. Wattie est excellent avec son accent du fonds de la banlieue d’Edimbourgh... j’adore les gueulantes que pousse ce type. La basse ultra audible nous sert 3 riffs de pur punk par titre et pas plus... bref on se fait pas chié, potard à fond, et on balance la sauce.

The Exploited a évolué d’album en album vers un style légérement plus thrash, lourd et moins enlevé avec des touches hardcore. L’esprit des lyrics n’a jamais changé... n’oublions pas les belles chansons inspirées par Margaret Thatcher et son ami Ronald Reagan, la guerre froide etc etc... le tout dans un esprit direct et pas fin... mais pourquoi finasser quand on emmerde toute la connerie du monde ? Elle finasse elle la connerie ? Bref le groupe devient de plus en plus efficace et servi par un son plus gras et plus de riffs bien lourdingues (voir bien lourdingue sur l’excellent Death Before Dishonour qui sonne thrashy en 1987). Pourtant c’est bien ce Punks Not Dead qui reste mon favori... frais et naïf. Mais tout reste bon dans la période année 1980 (le reste je connais pas trop)... allez y les yeux fermés. Pour les 90's The Exploited, moins productif devient plus commun je trouve et un peu trop metal.

The exploited a la haine mais tout violent que ce soit ça reste bon enfant, encore que sur Death Before Dishonour c’est plus sombre, et un des titres emblématiques du groupe est « Fuck A mod » sur l’air de « vive le vent » Wattie nous chante le sort qu’il reserve aux mods (une espece de vieille mode anglaise, des rockeurs modernes si j'en crois mes sources)... avis aux amateurs de bonnes tartes dans la tronche de derrière les fagots.

Voilà, un groupe sous estimé que je fous à la gueule de tous les petits bouffons, demandez à Wattie Buchan ce qu’il en pense, qui croient que le punk c’est Offspring, Sum41, Green Day ou tous ces boys band qui nous chantent qu’au college c’était dur d’avoir les cheveux en l’air comme un vrai punk sans que les autres et bah ils se moquent de toi... putain ça m’enerve...