THE CROWN - Hell Is Here - 1998 ( Metal Blade )

Track Listing :

1 The poison
2 At the end
3 1999 - Revolution 666
4 Dying of the heart
5 Electric night
6 Black lightning
7 The devil and the darkness
8 Give you hell
9 Body and soul
10 Mysterion
11 Death by my side

10/20

Vous connaissez le death "mélodique" à la suédoise? N'avez-vous jamais trouvé que, dans ce style, les parties métalliques sont souvent particulièrement moches (surtout les voix "death" bien grotesques), plus orientées "papier peint" que rock'n'roll, et entrecoupées d'intermèdes mélodieux nettement plus audibles, mais également très naïfs, et encore plus "papier peint"? N'avez-vous jamais trouvé que, quand ce n'est pas le cas, ça sonne carrément comme une caricature de heavy metal à son saignant, et aux vocaux "death" toujours aussi grotesques? Bien sûr il y a eu dans ce style, comme dans n'importe quel autre, des groupes moins cons que les autres, même s'il faut parfois bien les chercher... Mais de toute façon, avec The crown et leur "Hell is here", on n'est pas tout à fait dans le même "cahier des charges". Les grosses mélodies et la vélocité sont très présentes, mais il n'y a pas une alternance caricaturale entre déferlements de fureur et parties atmo-mes-couilles, même si certains passages (comme l'intro de "Dying of the heart") font office de calme avant la tempête. Les titres présentent un thrash/death bien écrit, moderne par le son et la puissance de feu, traditionnel par son style (pas de riff bâtard emprunté à une autre scène où la majorité des stars ne restent stars que six mois). On reconnait chacune des dix chansons aussi facilement que sur un album majeur, même si "Hell is here" n'en est pas un, fait pas courant dans une certaine tradition du metal extrême bien foutu mais peu novateur, trop habituée à ressortir les mêmes ficelles de composition depuis des lustres. Ajoutons que la voix de Johan Lindstrand est particulièrement agressive, enflammée, et qu'elle a souvent tendance à "entourer" (je n'ai pas trouvé de terme meilleur, désolé) ce que les musiciens jouent, de sorte que, même si elle est bien placée, on a souvent l'impression que les syllabes commencent plus tôt qu'elles devraient, et se terminent plus tard. Cette voix donne un cachet particulier à cet album.

Tout est parfait alors? Tout baigne? Ben oui et non. Avec un peu de recul, Hell is here a un défaut majeur. Un manque de maturité et de profondeur, encore qu'il faudrait carrément plutôt parler d'absence de maturité et d'absence de fond. C'est du metal purement divertissant. L'écoute est agréable, elle peut permettre de passer un bon moment entre potes plus ou moins métallophiles, mais une écoute attentive par un public un peu plus calé fera penser à ce public "c'est mignon, c'est bien fait, c'est défoulant, c'est peut-être parmi ce qui s'est fait de mieux dans le genre, mais j'ai passé l'âge". Je n'ai rien contre le metal à vocation avant tout divertissante, d'ailleurs je suis un assez gros fan de bon vieux heavy des familles, un style qui n'a pas engendré que des groupes hyper sérieux, mais là c'est fait d'une façon trop superficielle. Pour jouer du metal rigolo correct, il faut aussi être capable de jouer de la musique plus sérieuse, même si ça ne s'entend pas directement... Ce qui m'inquiète, ce n'est pas que ce genre d'album finalement trop factice existe. C'est plutôt que des amateurs de metal trentenaires puissent porter des groupes comme The Crown au pinacle, comme si en dehors de leurs vieilles références "géniales mais que malheureusement il n'y aura plus jamais de nouveau groupe aussi révolutionnaire parce que tout à été dit en metal" et des groupes factices qu'ils affectionnent tant (au hasard Children of Bodom), il n'y avait rien... faut vous remettre à fouiller un peu les mecs!