Suffocation - Breeding the Spawn - 1993 (USA)

Tracklisting:
1. Beginning of Sorrow
2. Breeding the Spawn
3. Epitaph of the Credulous
4. Marital Decimation
5. Prelude to Repulsion
6. Anomalistic Offerings
7. Ornaments of Decrepancy
8. Ignorant Deprivation

18/20

L’album le plus mésestimé de Suffocation ne l’est pas qu’à cause de sa production faiblarde et brouillonne (les guitares notamment sont carrément inconsistantes dans les basses et manquent de définition, ce qui les rend souvent inaudibles) mais peut être aussi à cause de son contenu très déroutant car le côté entraînant de « Effigy... » et « Human Waste » est bien moins évident ici. L’arrivée d’un bassiste au jeu plus complexe harmoniquement modifie en profondeur le style du groupe qui intègre la notion de mélodie dans sa machine rythmique impitoyable. Suffoquant, « Breeding The Spawn » l’est on ne peut plus. Extrêmement focalisées, les compositions entraînent le pauvre auditeur dans des labyrinthes de riffs et de breaks, qui en plus sont difficilement audibles. La mélodie est présente sous forme de fragments d’harmonies jazz dissonantes, et combiné à l’approche saccadée et percussive du groupe, ça donne un résultat des plus violents et très difficile d’accès au premier abord. Heureusement, tout ça est contrebalancé par quelques excellents riffs lents, ces influences doom étant présentes surtout vers la fin, qui donnent quelques points de repères salvateurs à ce capharnaüm bouillonnant d’idées et d’énergie. Pour la performance des musiciens, évidemment c’est du très balèze, et bien qu’à peine audibles, les solos sont très originaux et génialement construits. Les textes s’aventurent plus loin dans le thème de la perdition humaine et du meurtre pathologique. Des pièces maîtresses du répertoire de Suffocation émergent de cet album, qui malgré sa production mérite largement son statut de classique du death metal. Ce disque n’a pas eu sa chance à sa sortie, et a bien failli détruire le groupe (c’est le dernier album avec le batteur originel Mike Smith), pourtant Suffocation n’est jamais allé aussi loin dans la brutalité que sur cet album (c’est mon avis perso). Même après de nombreuses écoutes, on n’en fait jamais complètement le tour, et il est tellement source d’inspiration qu’on finirait par se dire que tout n’a pas encore été fait dans le death metal.