Sadistic Intent - resurrection of the ancient black earth - 2000 (Iron Pegasus)

Track listing :
12 titres (dont une cover de Possessed)

--




Sur celui-là, jetez moi des pierres: flemme injustifiée, tentative honteusement foirée de plus ou moins coller aux sorties récentes...bref, aucunes excuses valables pour n’avoir point chroniqué ce release figurant dans ma pile «à chroniquer» depuis Mathusalem.

Commençons par l’aspect technique en mentionnant que c’est ici à une compilation que nous avons à faire. Elle réunit les 6 titres du mini album «Resurrection» de 1994 et les 3 de «Ancient Black Earth» de 1997. S’y accole les 2 titres du 7’ «Morbid Faith» (2002, à savoir une compo et une reprise) sur la récente version cd. Là ou le LP compil de 2000 sortir chez Iron Pegasus (ayant sorti des vinyles de Mortem (per), c’est dire leur gout) contenait lui des titres live. Monté par les frères Cortez, le groupe, avare en sortie, a servi de section live à Possessed, et les fans attendent depuis des lustres un second album, véritable arlésiene du groupe. Contribuant je pense à faire le coté semi culte du groupe.

Dévoué au death à l’ancienne, sortir un truc pareil en 1994 relevait de la conviction le plus pure en plein dévoiement du death et du thrash. Le début du désert death métalique...désert parsemé, quand on y regardait bien de quelques oasis, dont Sadistic Intent est un digne représentant. Le death est ici proto floridien, vieil ange morbide, et fatalement habité par Possessed. Tout est basé sur le riff se voulant vicelard, rapide, soutenu par une batterie simple, entrecoupé de break lent permettant de headbanguer amplement en levant index et petit doigts.. A noter aussi les refrains, mémorisables sur fond de riffs «chantable», en cela l’influence thrash est présente. Cela donne lieu à quelques solis slayer-ien. Bref, classique de chez classique, peu de fioritures et un seul verdict possible: c’est bien fait ou c’est mal fait. Et dés l’intro, mon choix est fait, morbide elle ouvre magistralement un «Resurrection» 100% death metal et cloturé par une outro tout aussi réussi...ça suinte religieusement le death metal.

On finit cette compilation par la cover de «The Exorcist» de vous savez qui et avec le vocaliste de vous savez qui (et si vous ne savez pas vous êtes voués au gode ceinture si l’on s’en réfère à la chro que nous avons faite des sept églises du fabuleux possédé). Titre généralissime, interprété dans le plus pur respect de la tradition et parachevant le constat de la qualité de ce release porté par une chose: l’esprit du death metal. On pourrait gloser sur le son pas hyper épais des grattes (saturation nid d’abeille) sur Resurrection (et corrigé sur «Ancient Black Earth», un demi ton en dessous de «Resurrection» et «Morbid Faith»), la voix qui mériterait d’être plus claire (et elle le sera sur «Ancient Black Earth»), quelque claviers cheap..on pourrait...mais quel intérêt ?