SABBAT - Sabbatical Holocaust - 2004 ( Time Before Time Records )

Track List :

1 Black fire
2 Mion's hill
3 Satanic rites -- Curdle the blood
4 Poison child
5 Welcome to Sabbat -- Crest of Satan
6 Children of hell
7 Darkness and evil
8 Hellfire
9 Immortality of the soul
10 Possessed the room (Kanashibari)
11 Sacrifice of angel
12 Crying in last
13 Bloody countess
14 Intro -- Welcome to Sabbat
15 Splatter

13/20

Ce long CD sous-titré "five massackre demonslaughts" est en fait une compilation de cinq petits vinyls sortis intialement entre 1985 et 1990 (dont les très chouettes pochettes dans le plus pur style "metal old-school orthodoxe et UG" sont regroupées dans le livret) et de trois bonus live. La gueule du livret, à commencer par le recto de la pochette (qui est bien le plus laid du lot, bizarre) ou par le dessin excellent avec tous les squelettes, annoncent si bien la couleur qu'on peut classer ces enregistrements immédiatement:

"Bon vieux metal, agressif et taillé pour le live, à réserver aux inconditionnels".

Et c'est exactement ce qu'on se dit en les écoutant. J'ignore si le reste de la discographie (fournie) de Sabbat est du même acabit, mais le contraire serait surprenant. Inutile ici de faire un "EP par EP" ou un "titre par titre": les quinze titres présentent un mélange naturel de heavy metal guerrier et festif, de speed metal agressif et de black metal mordant et venimeux -- cf. les vocaux les plus black et leur feeling souvent proche de Quorthon et de son Bathory, même si je compte sur les plus érudits d'entre vous pour trouver une comparaison plus juste. Quand je dis "mélange naturel", cela signifie qu'ils ont schtroumpfé une mixture constituée avant tout des points communs aux trois sous-genres précités, en les accomodants de détails leur donnant finalement un ton plus proche de ci ou de ça selon l'humeur, mais que l'humeur (justement) ne change pas tellement. Sans être de qualité exceptionnelle, la recette prend bien, au point que mêmes les passages les plus pauvres (des riffs headbangatoires enchaînés sur des rythmes headbangatoires avec pas grand chose autour) gardent une espèce de trace musicale, d'arrière goût, qui sépare immédiatement et définitivement les passages quelconques des bons groupes des passages quelconques tout court. Alors c'est bien tout le long ou presque... disons que les intros longues et nombreuses ça alourdit l'ensemble. Ni parce que ce sont des intros, ni parce qu'elles sont longues, ni parce qu'elles sont nombreuses... mais bien parce que ce sont des intros et longues et nombreuses. En même temps c'est une grosse compile de trucs à l'esprit très UG, donc pour la légèreté on repassera.

Et puis je pinaille.

Car après tout, ce CD, c'est un peu tout ce que j'aime dans le metal "pré-90", et c'est en même temps tout ce que n'aiment pas les intellos branchés des media tenus par des intellos branchés:

- de bonnes influences bien dégérées issues de la NWOBHM;

- des enchaînements et des progressions tantôt headbangatoires (encore), tantôt fulgurants et tantôt épiques;

- un travail d'arrangement judicieux et non démonstratif qui, utilisé avec parcimonie, dynamise considérablement la musique au lieu de simplement l'ornementer;

- des passages sombres "possédés" ou caractérisés par une odeur de terre ravagée par la guerre;

- des soli de taré sentant le souffre (difficile pour moi d'éviter alors une deuxième comparaison,pas forcément plus éclairée que la première, avec Bathory);

- une production et un son sans fioriture, bancals et imparfaits, mais quand même très audibles.

De toute façon si vous reconnaissez vos propres préoccupations dans cette chronique, alors vous avez sans doute déjà écouté un disque de Sabbat...