REGURGITATE - Carnivorous erection - 2000 ( Relapse records )

Track List

1. The Pulsating Feast
2. Domination Through Mutilation
3. Escort Service Of The Dead
4. Obscene Body Slayings
5. Fecal Freak
6. Humiliated In Your Own Blood
7. Just Another Stillborn
8. Parade Of The Decapitated Midgets
9. Ruptured Remains In A Doggybag
10. Copious Head Carnage
11. Carnivorous Erection
12. Relentless Pursuit Of Rotting Flesh
13. Swallow The Human Filth
14. Dismantle The Afterbirth
15. Choked In Shit
16. Funeral Genocide
17. Rancid Head Of Splatter
18. Rage Against Humanity
19. To Boil A Corpse
20. Bloody Pile Of Human Waste
21. Drenched In Cattleblood
22. Carbonated Death
23. Skull Of Shit and Sludge
24. Desperate Need For Violation
25. 37 Stabwounds
26. Vomified (Regurgitated To The Core)
27. Headless She Died
28. Breath Like Rotten Meat
29. I Wanna Kill
30. Claw-Hammer Castration
31. Festering Embryonic Vomit
32. Smeared With Bloodmixed Semen
33. You're About To Fuckin' Die
34. Stinking Genital Warts
35. Pyronecrobestiality
36. Self Disembowelment
37. Savage Gorewhore
38. The Combustion and Consumption Of Pyorrheic Waste

13/20

Regurgitate (rgte) est issu des cendres de Crematory, à ne surtout pas confondre avec les boches du même nom. Crematory est né au quasi même moment que Nihilist et pour des raisons diverses et variées n’a jamais réussi à sortir un album laissant pour seul trace, en dehors de 3 démos, qu’un mini cd , « Denial », sorti en 1992. Un vrai groupe dont on peut regretter qu’il ne soit pas aller plus loin, contrairement à Evocation par exemple !

Toujours est-il que les suédois, impressionnés par Carcass, ont fini par monter un groupe de grind crado en 1990 quasi en même temps que ces gros pompeurs de General Surgery. Bon coté originalité rgte n’est pas non plus un novateur loin de là mais quand j’ai vu l’ébauche d’une exhumation d’un General Surgery soit disant génialissime avec pour argument massu que ce groupe existait depuis 1990, j’ai quand même eu un peu mal au cul. Surtout quand le retour s’est fait sur un split avec les County Medical Examiner qui reconnaissent ouvertement piquer des riffs de Carcass. Plus une signature chez Razorback qui avait en leur rang à l’époque ces gros pilleurs de Carcass que sont Impaled. Les années qui ont passé auraient transformées des pompeurs en groupe culte ? Bref...

C’est en 1999 avec la rééedition de leur premier album « effortless regurgitation... » que rgte a gagné des galons. La 1ere sortie en 1994 n’avait en effet touché que les vrais vieux grindeurs. Avec ce 1er release, rgte s’était placé en tête de pont du grodegrind avec Dead Infection et son « chapter of accident ». Il s’agissait de revenir fort et c’est chose faite !

RGTE pratique ici un grind direct avec des morceaux n’excedant pas la minute trente. On retrouve un bonne touche punk comme Napalm Death en distillait sur certains riffs de From Enslavement To Obliteration alternant avec des parties blastées rappelent de temps en temps , là encore, un peu Napalm Death mais cette fois-ci celui des riffs rapides les plus simples de Utopia Banished. Bon rgte n’est pas une pompe de ND mais c’est le comparatif qui me vient à l’esprit. La vraie influence c’est surtout le Carcass de l’immonde premier album, qui pratiquait le même style, des riffs bastons punk entrecoupés de parties blastées outrageantes avec voix trafiquées bien gerbantes. Urban, le gratteux, le dit lui même il adore les parties hardcore des vieux napalm death mixées avec les parties death de carcass. La voix donc chez rgte est pitchée option gargouillis, mais ça reste supportable. Je ne suis pas fan de ce genre d’anêrie, c’est dire si ça passe..on est loin d’un LDOH. C’est cete touche ainsi que les aspects lyrics et cover qui place rgte dans la case goregrind. Parfois la voix est hurlée, notamment quand Miezko qui a produit le disque pousse une gueulante. Bref ça tape pas mal tout en restant catchy grace au riffs punk mais vous aurez bien compris que la recette est 100% éprouvée/connue/battue/rebattue. Bon après je ne suis vraiment pas amateur de groregrind ou de cyber mes couilles je ne sais quoi. Les Last Days Of Humanity, libido airbag, bathtub shitters, CBT, lymphatic phlegm, Rompeprop etc etc etc je ne peux pas blairer... mais rgte ne me déplait pas.

De temps en temps on a de petites parties que je qualifierais de groovy, le mot qui me vient à l’esprit. Mais c’est rare. En fait si le groupe gardait le même son bien épais et plutôt efficace, mais developpait une propension à la lourdeur et mixait la voix un peu plus en arrière ou la trafiquait moins l’album serait en beton armé... bref plus de variété quoi...

Bon moi j’aurais quand même préférer ques les mecs perseverent avec Crematory, un groupe quand même plus interessant ! Parce que là force est d’avouer qu’avec ou sans ce disque la face du grind serait la même... Ca reste un peu longuet 38 titres sur la même recette binaire, quand bien même certains soient terribles... à s’enfiler en 2 fois... En tout cas c’est un album que j’ai conservé et que je ressort de temps en temps pour me péter le crane sur un format 15 minutes. Mon 13/20 ne trompera pas les fans de grind qui auront sortis leurs magnifiques pancartes de l’école des fans 10/10. Moi je prefere les vieux Napalm Death, des trucs à la Blockheads...