PYREXIA - Sermon of Mockery - 1993 ( Drowned )

Tracklisting :

1. Sermon of Mockery
2. Resurrection
3. Abominat
4. The Uncreation
5. God
6. Demigod
7. Inhumanity
8. Liturgy of Impurity

11/20

Ce groupe de NY a connu des changements substantiels de style entre chaque album. Sur ce premier release, on est en plein death made in NY à la Suffocation (la voix est quasiment la même) avec une petite touche à la Tomb Of The Mutilated. Le style est vraiment très inspiré (pompe) Suffocation : pas mal de riffs mutés dans les basses, changements de tempo brutaux, plans saccadés etc, par contre niveau vitesse, c'est quand même moins rapide. On nage en plein brutal death quoi, c’est caverneux, tout comme la voix, ultra proche de Suffocation, pas mal de variations de riffs (sans pour autant apporter de l’air ou de la variété) et un coté technique certain. En arrivant en 93 avec ce disque sur un label bancal (qui a depuis coulé d'ailleurs...eh eh eh...drowned...eh eh eh), ils se sont vertement fait accueillir par la critique, un peu à juste titre, pour leur coté clone de Suffocation en moins speed quand même (l’intro de « Abominant » sonne vraiment Suffocation).

Les riffs sont assez soignés et les deux guitares bien exploitées. A intervalles réguliers on trouve un plan catchy, mais je trouve les chansons trop alambiquées au bout d’un moment. Bref ça tue l’efficacité. Par ailleurs le groupe repose trop sur le même type de chorus (power chord mutés/slidés un peu à la « I Cum Blood » de CC. Le groupe est bien carré enfin bon je ne vais pas vous refaire le topo sur la zique de Suffocation !!! Ce qui est clair c’est qu’ils assuraient comme des bêtes ce qui est peut être la justification le coté culte de cet album : c’est très propre. Mais bon je pense que la seule raison qu’on puisse trouver à la survie de leur nom dans certains milieux, c’est qu’ils ont été les premiers a pomper Suffocation !

Le problème donc, c'est le sentiment de linéarité se dégage de ce disque (précurseur de la scène brooootal actuelle ?). Régulièrement, je me suis surpris à regarder le temps restant...Les titres eussent été deux fois plus courts que j'aurais plus apprécié ce disque (putain je pense qu'il y a une faute d'accord !! ça m'apprendra à flamber). Même si certains titres sont globalement pas mal (« Abominant », « Sermon… » ou « God » et des bons riffs bien doublés), Pyrexia rallonge trop la sauce au détriment de l’efficacité. Un format minic-cd avec titres élagués aurait été une tuerie mais là avec en plus des trucs sans intérêts comme « The Uncreation » par exemple, ça fait un peu montagne russe en terme de qualité.

Pourquoi cette review me direz-vous ! Et bien à l'époque je l'avais chercher en vain et même si je suis un peu passé à autre chose, de temps en temps j'ai envie de revenir à mes premiers amours brutal death. Franchement dans ces moments là, je préfère plutôt opter pour Suffocation, vraiment efficace, plutôt que pour cet ersatz qui ne m'a pas convaincu malgré la maîtrise, les qualités techniques et quelques titres/plans bien chiadés. Pour autant j’écoute quand même parfois ce skeud car il a un petit coté over the top sans être de mauvais goûts…du gros death caverneux. Le groupe apporte quand même une ou deux touches perso sur des titres comme "demigod" avec un break "planant". Pour ceux que cela intéresse, la prod est honnête même si la batterie est bien trop en avant pour moi et si la voix bouffe un peu la zique…après ça date de 1993 attention. Par ailleurs la caisse claire claque trop et a parfois un son assez bizarre…mais, miracle, on entend bien la basse et la surtout double grosse caisse qui « cliquette » comme à la grande époque du Morrisound studio.

A la décharge de ma chro, je ne suis pas vraiment le plus grand fan du death made in NY en dehors des dieux IMMOLATION…c’est carré, technique et tout, bon ça date un peu par rapport au truc à la Disgorge...appelons ça du old school brutal death….Enfin, selon moi, et pour clôturer le sujet, 2 ou 3 ans plus tôt, le groupe se serait fait un nom...mais là c’est raté...Mais bon le groupe a trouvé ses fans puisque Disavowed les adore et les cite en influence…un pompeur de Suffocation en guise d’influence, ça en dit long non ? Pyrexia pondra ensuite un bon skeud de death core un peu en avance sur l’heure mais ce sont plutôt les remplacements de John Tardy dans Obituary qui l’ont fait connaître ainsi que la collaboration avec Trevor Perez dans cette daube qu’est Castrophic…