Purtenance - Sacrifice The King ep - 2012 (Xtreem records)

Track listing :
intro + 4 titres + outro

--




Si vous relisez la chro de leur album de 1992, vous savez le bien que je pense de ce groupe, qui reste pour sur en tout les cas à classer en série B. Le revival old school death metal, tel Mc Donald atteignant tous les pays du monde, a frappé la Finlande en même temps que la couche d'âge la plus élevée...celle là même qui a fait la 1ere vague. De même, afin de faire la langue de vipère, le renoncement affiché par certains devient moins catégorique (même Bill Steer se remet au death). Bref les papis de Purtenance font de la résistance et Dave Rotten a poussé le vice jusqu’à redemandé à Chris Moyen de remettre le couvert en mode copier coller de leur unique album du début des 90’s.

Mais la question, simplissime, reste la même: tout ceci en vaut-il la peine ?...hum..comment vous dire ? NON !!! Le groupe a perdu sa touche et toute son peu de personnalité: parties les quelques mélodies morbides, au revoir le coté doomy Finlandais...bonjour les riffs génériques et sans âme...bonjour les titres simplistes. Sans être «nu» ou moderne, on sent que le groupe est devenu perméable à des influences plus récentes dans ce qu’elles ont de plus lisse et oubliable. Sans le nom sur la pochette je n’aurais tout simplement pas reconnu Purtenance. Certes ils essaient de se la faire brutalo comme à l’époque sur «Maniac» mais c’est très statique, notamment du fait du chant chiant. On touche un peu au ridicule sur la fin du 3eme titre avec ce refrain doublé growl/voix beumeuh tant c’est aseptisé et fait fonds de catalogue Nuclear Blast. Bref, déjà pas hyper personnel à l’époque il ne reste plus rien à Purtenance ou plutôt si, il ne reste que ses plus mauvais aspects. Je m'arrête là avant de me fendre d’un mauvais jeu de mots sur le nom du batteur à l’origine de cette résurrection malheureuse.

Bien sur, tout ceci n’a pas repris forme pour l’argent et sans doute heureux de voir leur nom exhumé nos amis se sont dit naïvement «et si on remettait ça». Tout ceci fait sans doute office de cure de jouvence pleine de sincérité mais soyons sérieux il eut mieux valu que ces compos restent dans leurs garages, en guise de hobby du dimanche.