Profanatica - Profanatitas De Domonatia - 2007 (Hells Headbangers)

Track listing :
10 titres

--




well well well...Profanatica...jeune novice j’avais gardé en tête la superbe cover du split avec Masacra où les membres du groupe arboraient corpse paint, culs nus et bites à l’air, au repos (quand même !), dans des poses à la Darkthrone. Bref, outre des indices sur la température extérieure lors du shooting, on pouvait aussi en déduire qu’on avait probablement à faire à de sérieux agités du bocal. Et pour le coup la constance de Paul Ledney a produire un style cru et des lyrics monomaniaque sur la rondelle de la sainte Marie mere de dieu l’ont prouvé. Le lointain passé des débuts de Incantation avec John Mc Entee, s’entendant de ci de là, dans un son carverneux, un riffing assez death et quelques parties lentes lourdingues, je jetais de temps en temps une oreille au groupe, sans toutefois aller plus loin. Le petit cirque du père Ledney, sa fixette sur le blasphème, la sodomie et autres truc evil (et parfois strange) me faisait rigoler...et contribuait à un petit coté en plastoc. Certes à la longue on peut parler d’abnégation et de sincérité mais bon...la course à être true n’a jamais été mon truc. En bref Havohej et son approche à la Darkthrone «under a funeral moon» façon US non...Profanatica, étant un groupe de death why not. Pas prioritaire pour moi...mais pourquoi pas.

Avec cet album j’ai décidé de passer le cap avec une certaine déception. Si le son est épais, si pas mal de plan de dépareilleraient pas sur un album de Incantation, si on a de grosses parties doom death à la grosse ambiance (façon «Profanation of the gods»), malheureusement un recours à des riffs rapides quasi systématiquement bidon et une boite à rythme minimaliste et sèche achèvent mon intérêt voir pire m’horripile. De même si la voix de Ledney est effectivement extrême...elle est chiante à la longue car il délivre ses lignes de la même façon quelque soit le titre (c’est juste interchangeable).

Alors oui Profanatica est un groupe de vilains, oui c’est cru, oui il y a de bons riffs et de bonnes ambiances mais bon la mise en place monolothique et la simplicité rendent le truc juste chiant....à écouter sur un split, mais pas plus de 10 minutes, car il y a quand même un truc un peu gargantuesque et de bonnes choses bien death caverneux et ancien.

D’où ma déception donc, car on est loin du truc à jeter mais avec un vrai batteur, plus de variétés dans la voix et un effort sur les parties rapides ce serait énorme...