PESTILENCE - Malleus Maleficarum - 1988 ( Roadrunner )

Track Listing :

1.Malleus Maleficarum / Anthropomorphia
2.Parricide
3.Subordinate To The Domination
4.Extreme Unction
5.Commandments
6.Chemo Therapy
7.Bacterial Surgery
8.Cycle Of Existence
9.Osculum Infame
10.Systematic Instruction

15/20

Avant d'être l'un des plus solides piliers de la scene death metal Européenne, Pestilence jouait du thrash (comme presque tout le monde en 1988), avant de sortir l'abominable "Consuming Impulse" le groupe offrit au public un premier album thrashisant, donc,. "Malleus Maleficarum" qui permit au groupe de faire une entré fracassante sur la scène extrême, pourtant très active, du vieux continent.
S'il ne s'agit de l'album le plus original du siècle, la galette est bien ficelée, bourrée de riffs sautillants, nerveux et acérés. Les morceaux sont sans temps morts, le groupe ayant un réel talent de composition lui permettant de ne jamais être lassant ou inintéressant. Tout s'enchaîne parfaitement, les refrains sont bien marqués (sur "Parricide" ou "Chemo-Therapy" par exemple, repris en chœur comme à la grande époque), les solos, nombreux, toujours opportuns ("cycle of existence") sont longs et laissent deviner le talent de Mameli qui ne cessera de progresser dans son approche mélodique jusqu'à "Spheres", dernier album du groupe.
Pestilence prend soin de ses compos, il les aère, nous surprend break après break, harmonise ses riffs (le toucher Pestilence) quand cela est nécessaire, ralenti ou accélère brutalement sans prévenir mais toujours très adroitement. Le groupe n'oublie pas non plus d'être terriblement efficace et nous inflige régulièrement quelques riffs bulldozer ("Bacterial Surgery"), ou autres cavalcades rythmiques qui firent la gloire du style il y a maintenant près de deux décennies.
Même s'il s'agit d'un premier album, la griffe Pestilence est déjà bien présente à tel point que certains riffs n'auraient pas dépareillé s'ils avaient été incorporés au sublime "Testimony of the Ancients", la recherche de la mélodie dans cet univers sonore bouillonnant était dès ce premier opus une préoccupation importante pour nos amis Bataves qui emplissent leurs morceaux de plans plus aériens, parfois beaux (oui oui !!) tranchant radicalement mais intelligemment avec la furie thrashisante de l'album.
Cette obsession pour la mélodie trouve son incarnation dans l'instrumental "Osculum Infame", titre délicieusement inquiétant composé de solos maladifs génialement posés sur un tapis d'arpèges acoustiques simples mais magnifiques. Ambiance réussie !

"Malleus Maleficarum" est porté par des musiciens talentueux qui mettent leurs compétences au service de leurs morceaux (l'inverse n'est jamais très heureux), en témoigne la prestation de Marco Foddis qui derrière ses fûts n'en fait jamais trop, se contentant de mettre les compos en valeur avec cet art de trouver le pattern juste qui va décupler la puissance d'un riff.

Le groupe laisse entrevoir le virage death metal qui sera pris sur l'album suivant, "Subordonate to the domination" par exemple voit le groupe jouer sur un tempo moins rapide, moins nerveux et devenir plus sombre.
Quelques plans disséminés sur cet album plus lourds, plus ombreux que les autres annoncent "Consuming Impulse" et permettent à ce "Malleus Maleficarum" de se distinguer des centaines d'albums de thrash sortis à cette période. Les vocaux de Van Drunen ne sont évidemment pas étrangers à cette évocation death metallique, il est (beaucoup) plus violent que la majorité des chanteurs thrash du moment et confère à cet album un aspect particulièrement agressif.

La production est vieillote aujourd'hui, même si elle rend parfaitement hommage à l'énergie déployée sur cette rondelle, mais elle n'est certainement pas pire que les sons plastifiés des fausses grosses productions actuelles. Tout est parfaitement audible et surtout tout est parfaitement authentique.

Un premier essai totalement réussi, " Malleus Maleficarum" n'est pas "Reign In Blood" ou "Pleasure To Kill" dans la mémoire collective mais reste néanmoins un très bon album de thrash fougueux, riche et dense, regorgeant de plans géniaux qui feront par la suite la gloire du groupe. Gagne à être connu, puis reconnu !