NUNSLAUGHTER - Goat - 2003 ( Revenge Production )

Tracklisting :

1. The Crowned And Conquering Hag
2. You Bleed
3. She Lives By Night
4. Sacrificial Zombie
5. Immune To Poison
6. Raid The Convent
7. As The Cacodemons Feast
8. Church Of Disgust
9. Satanic Slut
10. Ritual Of Darkness
11. The Guts Of Christ
12. Thou Art In The Kingdom
13. Angel Hunt
14. The Sephiroth
15. Jesus Is Doomed

12/20

Ah ah ah quelle marade…si vous croyez tenir là le release d’un combo culte et sans compromission représentant le vrai death oldschool satanique vous vous fourrez le sguegue dans l’œil à la manière d’une autofellation, exploit sportif en soit, qui aurait mal tourné.

OK Nunslaughter (massacre de nonnes arf) existe depuis 1987, OK les mecs de Nunslaughter (Jim Sadist & Don of the Dead) sont dévoués au metal de base (veste en jean, cuir, bière et « tout ce qui est sorti après 1987 » est de la merde), OK les Nunslaughter ne signent que des releases confidentielles sur des labels tout aussi confidentiels, OK ils sortent des boots, OK ils sortent plus de lives que de vrais albums et ne jure que par le vynil. OK ces mecs sont tarés. Et alors ? Vous demande-je à la manière de Alain Decaux tentant de vous démontrer que le protestantisme n’est pas forcément un schisme mais une émanation intrinsèque des fondamentaux du dogme Chrétien. Bon je fais le malin et vous sentez bien que je n’ai pas grand chose à raconter sur l’objet du délit mais que je tombe plutôt dans le travers classique du chroniqueur qui fait un show perso digne d’un commentateur sportif de France 2. Et alors donc…et bien voilà la réponse : ne confondons pas le fonds et la forme ! Culte non cuculte oui !

Nunslaughter a ses inconditionnels mais surtout un coté série B sauf qu’ils se prennent aux sérieux. Les mecs font revivre le metal extrême de l’époque de Venom…des riffs simplistes, couplet refrain couplet, rarement un break (ce qui fait monter à 3 riffs par chansons), une batterie binaire, des lyrics foireux sur satan. Bref, ça pue la bière et les 80’s. Ils arrivent à dépoter sur certains titres tonitruants (« You Bleed », « She Lives By The Night », « As the Cacodemons Feast »…) avec une certaine attitude mais ils font quand même sourire de par leur naïveté, sortant tous les clichés qui faisaient déjà cliché à la fin des 80 ‘s. En tout cas les titres dépassant rarement les 2 minutes, au moins, ils ne nous prennent pas la tête 10 ans et ça j’aime. Je préfère le trop court au trop long.

En tout cas, pour moi si il devait ne rester qu’un release des Nunslaughter (0 n’eut pas été gênant pour le metal, encore moins pour moi) pour moi ce serait cet album qu’à mon avis les fans (il y en a je vous jure) vont sûrement trouvé trop bien produit par rapport à d’habitude (enregistrement de concerts dans les granges du midwest au dictaphone). C’est clair que là c’est ultra pro pour du Nunslaughter...je pense qu’ils se sont d’ailleurs infligés jour du seigneur quelques semaines d’affilée pour expier une telle faute. Que les gens normaux se rassurent : rien de faramineux coté prod !

Allez zou…ta Jenlain dans la main droite, le signe du diable avec ta main gauche, ta veste à patch Venom, range tes neurones et c’est parti sur ce titre démentiel (« raide sur le couvent » en français) démarrant avec un rythme de batterie aussi technique que peu l’être un truc punk et juste le chanteur….ach sa fait trés pittoresque comme ambianz je fous dis :

We gather together with murder on our minds
Nuns are the target Religion is the crime
Driven by lust and deep-seeded resent
Tonight we go and raid the convent
We have come to kill We have come to rape
No one survives No one escapes
Corralling the victims Mephisto grins
This unholy night The massacre begins
Raid the Convent
Avenging all the ghouls and witches
Raid the Convent
Condemned by all these bitches
Raid the Convent
The attack on Catholicism
Raid the Convent
Assailants propagate the schism
The stains of blood from those we brutalize
Adorn the goats and oxen that we ride
We leave the churchyard and start back to the woods
The master cackles as evil conquers good
The onslaught is over The ambush is done
The headless corpses Decapitated nuns
The black white and puddles of red
This flock of cunts is now fucking dead
Raid the Convent now

Dilemme pour la note car même si c’est « cheesy », comme dirait les ricains, pour 95% de leur release qui sont du foutage de gueules en ce qui concerne les compos et que presque autant ont une prod de démo des années 80, ils sortent quand même parfois de bon vieux titres de bon vieux death primaire et rétrograde et sont dévoués à leur cause d’où un coté doux dingue sympa…un peu comme votre vieil oncle poivrot débile léger qui se ballade toujours avec ses vieux shirts deep purple et dont vous vous demandez toujours s’il est redescendu de sa montée d’acide de 1983. Par ailleurs ce Goat est de qualité par rapport au reste de la discographie du groupe…je dirais même un solide album de death (proto death) très primaire, évidement originalité 0, technicité quasi nulle, diversité n’en parlons pas….mais tout désuet qu’il est le charme opère parfois sur ce disque plein d’une attitude un peu punk dans l’âme.

Si vous vous posez des questions sur le combo, allez sur leur website, dans la section musique et chargez « Mother Cunt Whore » c’est le genre de titre dans lequel il excelle et super produit pour du Nunslaughter. Ecoutez les autres et vous jaugerez mieux ce groupe. Allez c’est l’heure de Derrick à la télé j’y vais…. (http://www.hellsheadbangers.com/index2.html ).