NECROTIC FLESH - Postmortem pleasures - 2005 ( MDD )

1. Postmortem Pleasures
2. Prenatal Decomposed
3. Necrotic Flesh
4. Coprophagist
5. Postmortem Self-Digestion
6. Suffer from a Very Slow Amputation
7. Sperm and Blood
8. Bestiality

11/20

Aiguillé par le sympathique fanzine Putrefactive Effect # 2 j’ai choppé le premier album du trio allemand. Nos amis pratiquent un death tendance old school, aucun blasts, technique réduite et musicalité présente. A préciser que vu leurs ages, dans les 35 balais, ils ont clairement baignés dans ce death là.

On va commencer avec les banalités de services : le son a un bon rendu, les guitares sonnent baveuses mais pas trop grasses d’ou un petit coté scabreux. Sur le reste rien à signaler, j’aime bien la voix un peu éraillée genre Asphyx plus dans les graves.

Coté composition, le groupe est clairement mid tempo, quand il accelere on pense un peu au premier Grave en moins épais. On a un petit coté thrashy et on pense parfois au Death du mythique Leprosy, à du Bolt Thrower. Les compos sont bien aérées, on a du refrain et des titres pour headbanguer (yeah). Tout ceci donne un album sympathique à écouter pour l’amateur mais force est d’avouer que le moyen cotoit le bon, bon qui de toute façon reste très orthodoxe. Voilà... »Prenatally Decomposed » est un bon titre avec un groove certain mais repomper pour le refran le riff de refrain de « Banished to live » du premier Grave ça ne se fait pas. Le riff d’intro de « Suffer From... » tout jouissif qu’il est me dit vraiment quelques chose, impossible de me rappeler où je l’ai entendu. La façon de déliver le refrain de « sperm and blood » est calquée sur « dead by dawn » de Deicide. Après eux mêmes le disent : ils veulent jouer un style fin 80’s début 90’s et donc que de fait ils ne cherchent pas du tout à être originaux voir à éviter les stéreotypes !

A la limite si c’est bien fait et pas aussi flagrant que des mega pompe à la General Surgery ou County Medical Examiner pourquoi pas. Mais force est de reconnaître que certains titres reposent entierement sur des riffs qui seraient juste sympas en guise de break ou intégrer à un titre (« necrotic flesh », « postmortem self digestion »).

Un album donc qui sera bien chroniqué en Allemagne (et ne sortira pas de ses frontières) car la patate est là, que le groupe a un sens de la composition et qu’un courant, salvateur, de saturation du brootal death s’est installé. De mon coté je l’ai écouté plusieurs fois avec satisfaction et pour conclusion que ce groupe est bati pour être un bon groupe de première partie sur un format 20/25 minutes. Ce qui est loin d’être mauvais, je ne vanne pas, mais ce qui est loin aussi d’en faire un must du death metal. Un album donc destiné aux gros mangeurs de death amateurs de brutalité à l’ancienne. Necrotic Flesh vient de sortir un second album avec le même type de cover et sans doute le même type de titre mais pour tout vous avouer je ne compte pas persevérer avec ce groupe.