MORTICIAN - Hacked up fo Barbecue - 1996 ( Relapse )

Tracklisting :

1 Bloodcraving
2 Embalmed alive
3 Cremated
4 Three on a meathook
5 Brutally mutilated
6 Deranged insanity
7 Cannibal feast
8 Blown to pieces
9 Fog of death
10 Brutal disfigurement
11 Apocalyptic devastation
12 Inquisition
13 Hacked up for barbecue
14 Abolition
15 Necrocannibal
16 Ripped in half
17 Morbid butchery
18 Decapitated
19 Drilling for brains
20 Eaten alive by maggots
21 Witches coven
22 Worms
23 Annihilation
24 Mortician

13/20

Mortician. Samples de films sanglants. Guitares grasses et sous-accordées. Vocaux à peine audibles. Boîte à rythme. Parties lentes lourdes, viscérales, liquides, puantes, gluantes, et dorénavant pleines d'une énergie revigorante et presque jouissive. Parties rapides qui tabassent et tranchent. Parties ultra rapides qui mettent en bouillie. Décor de cimetierre qui se réveille la nuit, d'abattoir, de lac où l'on pourrit. Mortician quoi. Tout le monde connait. N'empêche, petit à petit, leur musique s'élève vers... disons... vers le Mini-CD Zombie Apocalypse qui représente(ra) un pas de géant.

Hacked up for barbecue est à la fois le premier enregistrement longue durée de Mortician et le dernier avant Zombie Apocalypse. Hacked up for barbecue est encore un disque où les idées n'ont pas été suffisamment triées, pas vraiment "archivées" pour être ressorties au moment le plus opportun, encore un disque où le style simple (voire simpliste) de Mortician n'est pas exploité de manière optimale. Ajoutons à cela que s'envoyer un album entier d'un seul coup, soit plus de vingt titres, même si les extraits de films ne sont cette fois pas si envahissants, c'est loooooooong. Mais on arrive quand même à rester accroché la plupart du temps, grâce à un son plus coloré que par le passé, donnant un caractère à la fois bandant et à la fois aérien aux assauts de guitares. Aérien n'est ici pas vraiment synonyme de planant. Les bourdonnements guitaristiques de cet album sonnent comme un vent pestilentiel qui apporte son lot de germes nocifs et dégueulasses. Ou alors c'est juste que le très vilain monstre-violeur-tueur-cannibal en série de la mort qui tue la vie se déplace maintenant en volant... ou en courant très vite... on n'arrête pas le progrès. La preuve: l'étape suivante consistera à passer au stade supérieur en terme de créativité. D'ailleurs, déjà sur Hacked up for barbecue, on goûte de-ci de-là des plaisirs sonores bizarrement texturés et furtifs, où tout simplement d'excellents riffs, qui avaient fait un peu défaut auparavant.