Mitochondrion - Parasignosis - 2011 (Profound Lore Records)

Track listing :
8 titres + longue outro

--




Hyper épais, le titre d’ouverture propose une mélodie simple avec une belle montée en puissance. La partie blastée qui s’en suit est tonitruante et permet de poser quelques petits licks de guitares façon toile de fonds, ingrédient très utilisé par la suite. La mélodie reprend dans les basses en mode pilonnage. Mouais, pas mal du tout comme ouverture, classique dans la mélodie mais dantesque et servi pas un son épais et pas mal de couches superposées. La voix est façon infra basse lointaine ajoute à la densité de l’ensemble qu’il faut appréhender avec quelques écoutes. On passe au second titre sans s’en rendre compte, ce qui est une constante de l’album: on passe d’un titre à l’autre sans s’en rendre compte.

L’épaisseur du tout, contribue à la brutalité des parties blastées, sonnant un peu mécaniques. Par contre dur de distinguer du riff lors de ces blasts et les parties blastées sont juste portées par la batterie et finissent par sonner interchangeables.

On note pas mal de bons plans et d’ambiance disséminés tout au long de l’album, très axé guitare, assez basé sur du multicouches de grattes, un peu dur à distinguer car les rythmes et les basses sont en avant, alors qu’il se passe pas mal de choses en terme de pseudo chorus ou licks de gratte. A la limite cela donne une impression de nappes successives. Bref, sans être novateur, car basé sur du gros riff, pas toujours folichon, Mitichondrion est clairement accès ambiance hypnotique et répétitive. Il s’agit de mettre l’auditeur au milieu d’un truc imposant.

On a en effet l’impression d’être oppressé, on regrette la voix constamment ubergrowl façon Witchrist «the grand tormentor» (cf ma chro du dit album pour voir ce que j’en pense) qui bouffe pas mal le son, on regrette aussi l’écho noyant un peu les licks de guitares et le fait que ceux ci soient mixés très en arrière. Mais surtout, on finit par chercher un songwriting au milieu de tout ça. Je comprendrais qu’on trouve ça culte, pour ma part c’est plus une juxtaposition de bons plans noyés dans un continuum virant parfois au gloubi boulga. Ce mixage des «leads» en arrière a parfois un coté je n’assume pas de servir de gimmick. Le groupe gagnerait en arrangeant différemment des trucs comme par exemple le break autour de 4 minutes du titre Parasignosis et en élaguant un peu (comprendre en étant plus sélectif...3 titre au dessus des 7 minutes qui ne le méritent pas, un de 5 min, l’autre de 6...). Il gagnerait aussi en arrêtant de poser des couches sur des couches en mode studio band....Le groupe est meilleur sur un «Kathenotheism» où il joue avec les sons sur une ambiance simple façon shoegaze occulto écrasant....l’outro illustre assez bien le problème, pas mal de bonnes idées, peu audibles traverse le titre, finalement peu construit et trop long malgré une bonne ambiance dégagée.

Il y a clairement une vue derrière tout ça et une volonté de poser quelque chose de sombre et spécial. C’est louable mais sans moi...