MESHUGGAH - Catch 33 - 2005 ( Nuclear Blast )

Tracklisting :

1 – Autonomy Lost
2 – Imprint Of The Un-Saved
3 – Disenchantment
4 – The Paradoxial Spiral
5 – Re-Inanimate
6 – Entrapment
7 – Mind’s Mirrors
8 – In Death – Is Live
9 – In Death – Is Death
10 – Shed
11 – Personae Non Gratae
12 – Dehumanization
13 - Sum

6/20

Meshuggah est un groupe plongé dans une merde noire, voici un combo génial qui inventa son style, son propre son, qui s'enferma dedans, seul au monde et qui est aujourd'hui incapable d'en sortir. Un groupe qui évolue en circuit fermé et tente de nous vendre sa came en s'inventant des concepts de plus en plus bancals, des expérimentations douteuses et finalement très discrètes.
Meshuggah tourne en rond depuis l'époustouflant "Chaosphere" et commence à nous lasser sérieusement.
Catch 33 est la suite logique des réalisations précédentes l'effet de surprise en moins, (il y a d'ailleurs longtemps qu'il a disparu), toujours ces polyrythmiques difficile à digérer, tellement difficile à digérer que le groupe n'a pas fait l'effort d'apprendre ses propres morceaux par cœur lors de l'enregistrement, confiant le travail de mémoire à une boite à rythmes. En effet, travailler avec leur propre batteur, enregistrer cet album avec ce dernier aurait été un travail trop long et fastidieux, un peu comme si votre boulanger vous vendait son pain cru..trop long à faire cuire !!! Putain les gars , c'est votre boulot, vous êtes payés pour ça, si enregistrer un album est un problème pour vous, il faut changer de métier et laisser la place aux pauvres gars qui se démerdent dans leur chambre à repousser toujours plus loin les petites limites de leur 4 pistes analogiques.
Alors voilà, moi aussi j'ai la flemme, moi non plus je n'ai pas le courage d'écouter cette galette 57 fois pour mémoriser des riffs qui de toutes façons ressemblent à s'y tromper à ceux de "I" qui ressemblaient déjà étrangement à ceux de "Nothing".
Je n'ai pas non plus envie de jouer le naif et m'émerveiller devant tant d'expérimentations, quand lors d'un break incroyable la voix du chanteur est judicieusement passée dans un vocoder hallucinant, je n'avais jamais entendu ça !!! (cynisme quand tu nous tiens).
Je n'ai pas non plus envie de me laisser prendre aussi facilement pour un con quand le groupe me raconte que ces riffs identiques ne sont pas identiques du tout (ah non excusez moi celui là est joué sur 24 mesures et l'autre sur 20 alors que le troisième traîne sur 147 mesures) et qu'ils sont en plus construits, pensés pour provoquer ce côté hypnotique qu'ils recherchaient tant. Ils oublient de raconter à quel point ces riffs provoquent ce côté chiant, ce côté "déjà entendu" extrêmement désagréable que ressent le mec qui vient de claquer une quinzaine d'euros dans un skeud.
Allez finissons en, ce nouveau Meshuggah n'est pas mauvais, c'est juste le nouveau Meshuggah qui sonne comme l'ancien Meshuggah qui sonnait déjà comme l'ancien Meshuggah lui-même très proche du Meshuggah d'avant.
Mention spéciale tout de même aux génies de la musique qui perçoivent une grosse influence jazz dans le travail rythmique du groupe, il est vrai que Trilok Gurtu, Charlie Byrd, Rashied Ali ou Elvin Jones sont de fervents adeptes du très surprenant 4/4 (cynisme, etc..etc…hum), bizarre comme le métalleux qui ne comprend pas ce qu'il écoute parle aussitôt de jazz. C'est bien d'en parler pour faire joli quand on écoute Meshuggah, maintenant il faudrait penser à en écouter pour faire moins con quand on le mentionne en même temps que le groupe qui nous intéresse ici.
Dernière chose, pour les curieux, le prochain album du groupe est en écoute dans votre lecteur cd, appuyez sur la touche "random" ou shuffle" et c'est parti pour 45 minutes de nouveautés !