MARE - Mare EP - 2004 ( Hydrahead )

Tracklisting:
1. Anisette
2. They Sent You
3. Tropics
4. Palaces
5. Sun For Miles

13/20

Attiré par la présence de l'ancien chanteur de The End (celui qui chante sur leur génial EP "Transfer Trachea Reverberations From Point False Omniscient") dans un projet "Doom" et par le fait que cet EP, à l'origine démo du groupe, sorte sur Hydrahead (gage de qualité, en général), je me suis jeté sur ces 5 titres et aux premières écoutes, je fus tout sauf déçu; j'étais même plutôt ultra-emballé. En effet, Mare nous propose ici une sorte de Isis / Neurosis qui aurait fricoté avec Khanate, et quelques voix Jeff Buckley-isantes, le tout dans une ambiance vraiment, vraiment glauque sachant se faire planante ("They Sent You") et surtout personnelle. Et c'est ça qui attire l'oreille en premier : il se dégage de Mare quelque chose de plutôt nouveau, assez frais. Les riffs sont franchement bien trouvés, très sombres, sonnant souvent comme du Isis mais avec de belles dissonnances doom/black metal malsain ("Palaces"), accompagnés par une batterie souvent technique (ce qui surprend d'ailleurs dans un style pareil), toujours pachydermique, et surtout la voix de Aaron Wolf, possédée, malsaine, mais prenant parfois, comme dit précédemment, des intonations pouvant faire penser à Jeff Buckley ("Tropics") et parfois presque au divin Mike Patton ("Sun For Miles", meilleur et dernier titre de l'EP, sorte d'ascension mystico-religieuse au chant grégorien sublime et au final magnifique et grandiloquent).
La claque que je me suis prise en écoutant cet EP m'avait fait penser, sur le coup, à celle que j'avais aussi pu me prendre en écoutant le "Choirs Of The Eye" de Kayo Dot, Mare développant finalement le même genre d'ambiances : quelque chose de magnifique mais malsain, extrêmement tendu, menaçant de lacher à tout moment; mais là où "Choirs Of The Eye" nous captive longtemps, même après des dizaines et des dizaines d'écoutes, Mare fait finalement l'effet d'un pétard mouillé car s'avère avoir quelques défauts plutôt génants. Tout d'abord, sa durée de vie : après la fameuse claque de la découverte et 4/5 écoutes, on finit par voir les défauts de cet EP et s'en lasser; la production est très bonnemais trop bonne pour ce style, trop lisse, trop claire, trop puissante : un son beaucoup plus gras et crade aurait réellement profité à ces 5 titres, qui laissent ici un certain arrière-goût d'aseptisé. Ensuite, si le melting-pot d'influences est franchement bien fait, que le tout est assez bien composé pour ne pas laisser apparaitre un côté "patchwork" aux premières écoutes, le rideau tombe au bout de quelques écoutes, et on a vraiment l'impression après analyse que Mare n'est que le "next big thing" d'Hydrahead, fait pour être présenté comme "le doom du 21ème siècle" ou "la nouvelle référence du genre, transcendant ses influences pour faire quelque chose de réellement génial". Et c'est finalement cela qui fait défaut à Mare, et qui n'est pas retenu de
ses multiples influences : le génie.
Mais. Pour un premier jet, c'est tout de même franchement réussi et bluffant, et la claque des premières écoutes est tout de même monumentale. Espérons que pour sa prochaine sortie, Mare fasse encore mieux, avec moins d'artifices, et peut-être une touche de passion supplémentaire, et là, il ne fait aucun doute qu'ils nous pondront quelque chose de réellement bon, pour notre plus grand plaisir. Mare reste quand même largement un groupe au dessus du lot. The next big thing? Assurément.
Une très bonne première sortie, à écouter avec modération pour en conserver la fraîcheur.