MANTICORE - Ritual Cleansing of the Whore - 2001 (démo)/2002 ( cd Breath of Night/Merciless rec )

Track List

1.And the Faithful Still Bleed
2. Visions of Demonic Perversion
3. Evil Becomes Us
4. Eve of Satan's Millennium
5. Destruction of the Holy Light
6. Beyond the Nothingness (Samael cover)
7. Ritual Cleansing of the Whore

15/20

Là encore, avec ce mini cd de 23 minutes de 2001, je me rends compte que je fais mieux de creuser à droite à gauche pour chercher de nouveaux groupes plutôt que de coller à l’actualité.
Formé en 2000, ce groupe de l’Ohio, à ne pas confondre donc avec le défunt Manticore australien, s’est fendu de 2 démos. Ce mini est en fait le repressage cd de la seconde démo de ce trio infernal.

Pour une fois que la promo a capté l’essence d’un groupe, je ne me prive pas de la reprendre : « too brutal to be called black metal , too satanic to be called death metal ». Bref heavy et sinistre comme a pu parfois l’être Incantation, avec un coté grinding black old school et des vocaux venimeux vomissant des lyrics blasphématoires. Le bassiste/vocaliste, Ixitichitl, non ce n’est pas un indépendantiste basque, décrit quant à lui simplement le groupe comme jouant du « ugly blasphemous metal ». Pourquoi pas !

La production sied parfaitement à cette mixture de death/black grindant, la basse sale et ronflante, sert de toile à des guitares grasses pleines de grains. La batterie nous sert de bons blasts teigneux mais surtout, elle se pose au service de l’efficacité. Coté vocale Manticore injecte un peu diversité et toutes les voix sont agressives, et certaines lignes font vraiment mouches.

Primitive et bestiale, la musique de Manticore l’est à coup sur ! Mais attention ! Quand j’utilise ces adjectifs ce n’est pas dans le sens où le font publicité et labels, comprendre afin de travestir les adjectifs pauvreté et monotonie. Manticore ne s’enferme pas dans un carcan rythmique mais lâche de parfois de bons gros riffs heavy histoire de plomber l’ambiance, des plans mid tempo mémorisables, des lignes vocales catchy etc etc. Bref Manticore exprime une violence blasphématoire avec conviction en utilisant pas mal d’outils à sa disposition. Pourquoi faire chier son monde en se cantonnant dans un trip blast sur riffs à 3 notes ? Le style a beau être primitif, les morceaux n’en sont pas moins travaillés et avec une réelle dynamique. A noter que « Beyond the nothingness » est une cover d’un titre du second album de Samael dépareillant à peine des autres compositions en dehors d’un tempo plus lent.

Bref l’écoute de ce mini cd m’a bien fait bander, c’est efficace, prenant, assez sombre, agressif et sulfureux. La bestialité est donc de mise sur ce mini cd qui, à l’instar des minis de Encabulos et Coffin Texts chroniqués par ailleurs dans ces pages, n’est pas original pour un sou mais bien convaincant et rendant justice à l’esprit du death metal. Et oui j’ai bien dit death metal car tout satanic qu’ils sont et tout maquillé qu’ils sont leur musique est bien du unholy death metal à mes yeux.

Je vous aurais bien parlé du 2 release du groupe, « Bowels of the holy annoint us in evil » sorti en 2003, mais en dehors du morceau, plutôt réussi dans un registre lourdingue démoniaque, sur la page myspace du groupe impossible de mettre la main dessus. Apres un split avec Morbosidad sort « Rats and plague » en 2006 sur deathgasm records, 3eme album tout aussi recommandable. Pas beaucoup d’évolution, si ce n’est dans le son plus caverneux, tendance chaotique mais parfait pour le style. La voix venimeuse principale est cette fois ci souvent doublé d’un grunt, le tout rendant pas mal. On trouvera cette fois ci une cover de Beherit et encore et toujours une bonne claque sulfureuse dans la gueule.