KARJALAN SISSIT - Tanssit on loppu nyt - 2006 ( Cyclic Law )

1. Tää on katastroofi, Saatana
2.Kiitän puolestani
3. Någon vacker dag får du smaka på finn yxan jävla rip-off gubbe
4. Tanssit on Loppu nyt
5. ...Ja verkkaritkin haisee koskenkorvalle
6. Viinanjuontikoulun viimeinen oppitunti : Miltä lyhyt ryyppy tuntuu
7. Kuolema tulloo
8. Oikein erityisellä lämmöllä
9. Valkoinen sisar

14/20

Markus Pesonen n’en est pas ici à son coup d’essai, l’ethylique Suédois/Finlandais, pléonasme que j’ai pu vérifier sur place, signant ici son 4eme album.

Je serais direct en vous disant que sans In Slaughter Natives KS ne serait pas. Sans Sophia non plus. C’est d’ailleurs la tête pensante de Sophia (et Arcana) Peter Peterson qui s’y colle pour pondre une prod bien massive et prenante. Le Peter Peterson jouait aussi dans Crypt of kerberos pour les plus vieux fans de death suédois. Le lien entre les 2 hommes datent de cette époque je pense puisque M. Pesonen tenait les baguettes dans Eternal Darkness (avec un gratteux de Crypt) et ensuite dans The Black. Bref forte inspiration Sophia, pour autant, KS a sa petite touche. Ce n’est donc pas le genre de truc qu’on écoute souvent mais le mix dissonances avec boucle néoclassiques grandiloquents fait son petit effet apocalytique les soirs d’hiver... seul et un peu arrosé bien sur ! KS déploie aussi via samples de cuivre et cordes une ambiance plus dépressive et sombre mais toujours massive, à l’instar de « Nagon vacker... » déployant des cordes tristement sentencieuses sur un tapis d’autres cordes noyées dans les basses. On pense parfois à d’autres moments plus songeurs à des musiques de films. Des voix, toujours Finlandaises, traversent l’album que ce soit de manière fantomatique ou hurlée, façon explosion de colère, sur l’agressif et épique « taa on katastroofi... ». Un certain romantisme fleurant la déchéance exhale de l’album. Romantisme brisé par quelques passages plombés de grosses percussions et voix saturées, sans non plus atteindre les délires noise que M Pesonen a étalé sur son album solo.

KS reposait visuellement sur la période de de la Guerre d’hiver/année 1940 d’où parfois un anti-communisme qu’il faut replacer dans le contexte historique de la Finlande. Un temps suédoise, seul pays balte à gagner son indépendance de la Russie courant 1917, et victime d’une tentative d’invasion de la russie Stalinienne en 1939. Notre doux ami de l’humanité a comme pas mal de Finlandais des ancêtres ayant connu cette période. Les paroles étant en Finlandais on goute pleinenement ce release sans arrière pensée : c’est un vrai projet musical ! Cet album, qui de toute façon si il reste aussi sombre, dévie de ce concept.

Avec ce "Tanssit..." bien packagé, dans une pure ambiance "joie finlandaise quand tu nous tiens", et concis en 32 minutes, je trouve que KS gagne en cohérence, malgré un fin queue de poisson, et en diversité là où auparavant il avait plus tendance à singer Sophia de manière un peu soporifique voir indigeste. J’ai donc apprécié pour autant je ne crierais pas au génie car de l’austérité (mot poli pour chiant) il en reste quand même un peu...