KNUT - Challenger - 2002 ( Hydra Head Industries )

Tracklisting:
1.Whacked Out
2.Repressed
3.El Nino
4.BiteTheBullet
5.Neon Guide
6.H/armless
7.58.788
8.Ice Will
9.March

19/20

Voici une bombe d'énergie dissonante et maladive. Cet album de Knut, désormais signé sur le déjà cultissime label Hydra Head, est un monument de (post) hard-core metallique dans lequel s'entrechoquent violemment des riffs torturés, entêtants, des patterns de batterie originaux précis et décousus, d'inquiétants arpèges saturés, une voix hurlée qui flirte haineusement avec les limites perceptibles de la rupture et une énorme (énorme !!!) basse qui ne se contente pas de faire de la figuration mais remplit totalement le rôle d'assommoir que Godflesh sait si bien lui confier ..on pense tour à tour à Converge, Godflesh (justement), Botch ou encore Neurosis, on y pense seulement car Knut fait SA musique et évolue dans SON univers, un univers dans lequel chacun des 9 titres qui composent ce "Challenger" nous emmène brutalement, vicieusement, doucement, à la guise de ce groupe qui sait varier les plaisirs et sait aussi changer son angle d'attaque. C'est un monde de décadence qui s'ouvre devant nos esprits envoûtés, un monde dans lequel on peut s'engouffrer de trop de façons différentes car si "Whacked Out" ou "Repressed" et la violence qu'ils dégagent imposent une vigilance accrue qui permet de ne pas se laisser embarquer trop rapidement dans une aventure dont on ne connaît pas l'issue , il est facile de se laisser piéger par l'instrumental "58.788", pièce inoffensive, respiration salvatrice qui, au fil des secondes, devient une véritable mise en musique d'une mélancolie pleine de désespoir, toute forme de vie est annihilée, il ne reste que vous dans un monde dévasté, vous et cette guitare acoustique qui tente de survivre dans un amas de cendres sonores encore fumantes, tellement fumantes que le feu reprend dans les secondes qui suivent avec un "Ice Will" fougueux, intense...et vous y êtes. Ce "Challenger" n'en est pas un, c'est un expert auquel on ne résiste pas longtemps et qui ne desserrera plus son étreinte quand il vous aura saisi à l'âme; un expert qui pousse le vice dans l'élaboration de l'agencement très intelligent des morceaux qui nous assomment, nous bousculent et nous dérangent avec leurs plans rapides violents et dysharmoniques durant la première moitié de l'album pour ensuite nous faire visiter des recoins plus sombres encore, nous anesthésiant avec des doses dangereuses de plans répétitifs, lancinants et hypnotiques sur "Neon Guide", industriels mécaniques et presque tribaux sur "H/armless". Peu importe la forme, l'intensité reste constante, oppressante et fais de nous des êtres dépendants de la touche "replay", véritable aimant trop irrésistible dès que s'achève le lourdement magistral "March" qui clôture cette œuvre d' extrémisme musical contemporain et original.