Ke/Hil - Hellstation - 2010 (Tesco)

Track listing :
8 titres

--




Ke/Hil est le projet de Wilhelm Herich de Genocide Organ et Michael Keck de Anenzephalia (& GO). Le packaging froid augure bien de la musique, classique, prodiguée ici. Dispensant les douces saveurs de l’analogique, les korg ne chauffent pas ici bas mais se complaisent dans des beats froids et des vagues tout aussi froides pour produire ce que nous amis appellent «music for the Prekariat» (le mot est intéressant, mais on conceptualisera plus tard).

La sauce démarre avec un titre un peu "angst", notamment du fait des voix sans vie (et intelligibles) insufflant parfois une mélodie (très légère je vous rassure) Une nappe typique du korg, sert de fonds à une pulsation aiguë..et ça boucle. Le titre prend ensuite un autre vie, offre un rappel à «Noeham» d’Anenzephalia de par quelques sons réutilisés et s'avère être une ouverture intéressante...classique mais intéressante.

Sur le titre «Hellstation» on est en plus old school. Savoureux à mes oreilles, le morceaux très linéaires est basé sur un groove froid et entêtant. La voix donne un sentiment inexorable. «Grey saviour» par contre, renvoie à une certaine facilité. «Desert in the prophet» n’aurait clairement pas juré sur «Ephemeral Dawn», la voix de Michael Keck sentencieuse portant un titre typique d’Anenzephalia..bien fait en plus. «Ephedrin» et ses altercations font figure de bouche trou. «Adrenalin» et ses vrilles ne s’en sort pas vraiment mieux car générant de la crispation ennuyée plus que de la tension. Le bon alterne avec le moins bon, quand la sauce prend c’est bon, tout en restant en terrain connu..."Facile étant donné les protagonistes !" crieront les aguerris. Je ne leur jetterais pas la pierre mais n’ai pas non plus envie de bouder les quelques plages de plaisir offertes par ce release en me perdant en considérations intellectuelles. Et tout ceci s'achevant sur un industriel un peu plus dur mécanique, pas forcément ultime en tant que tel mais bien placé pour une conclusion.

Linéaire, répétitif, froid, ce Hellstation aura évidement plus de saveur pour le fan de ces sonorités typiques et n’est clairement pas exempt de longueur ou pire d’inspiration parfois en berne. Mais surtout, on pourrait s’interroger sur l’utilité du projet. Non que ce soit à jeter mais dans la mesure ou les 2 individus collaborent déjà ensemble dans Genocide Organ, et au vu de 'In Konflikt', ne semblent pas fermer à y faire entrer d’autres sons (bon là ce serait effectivement un trip un peu différent). Une autre solution aurait été de mettre ça dans un release de Anenzephalia dont Ke/Hil fait plus que s'approcher à plusieurs reprises. Enfin pourquoi se disperser en 3 entités là où 2 plus sélectives suffiraient. Ou alors sortir un ep de 4 ou 5 titres. En tout cas, à l’ouest rien de nouveau.

Bref même si quelques morceaux sont de qualité, cela reste un peu un release pour fan et disons qu’à l’instar de «In Konflikt» de Genocide Organ, chroniqué par ailleurs dans nos pages, Ke et Hil font le job.