Internal Rot - 7’ - 2010 (Crucificados)

Track listing :
Side A:
1. eyelides
2. Broadcasting
3. Pig Teeth
Side B:
4. Teeth Taker
5 Nose in Neck
6 Purple Rain

--

Trio australien composé de 3 batteurs (Roskopp, Super Fun Happy Slide & Agent Of Abhorrence) officiant tous dans des combos grind plus ou moins gore ou crust ou power violence, Infernal Rot reste plus ou moins dans la même case.

Entièrement tourné vers l’agression, sans aucun gimmick, le groupe est tout simplement hyper efficace. L’agression est réelle, mais les coups de poings restent «digestes» grâce à ces riffs finalement assez crust dans l’âme malgré une intensité parfois façon powerviolence. Bref du Extreme Noise Terror/Doom/Disrupt sous amphétamine (i.e. avec quelques parties grind). On pourrait aussi aborder ça sous l’angle Terrorizer mais en moins propre/mécanique et plus crusty. Bien que pratiquant un style bien rapide, Infernal Rot ne s'avère pas monotone/mécanique, tant par les touches crust évoquées, que par son batteur finalement diversifié (pour le style). A noter qu’il n’y a pas de bassiste, et que la gratte n’est quasi pas downtunée. Mais cela ne nuit pas à l’impact du truc, au contraire cela contribue à ce coté punk ultra violent rehaussé de quelques déflagrations.

Alors comme ça, sur un 7’, 6 titres ça passe comme une lettre à la poste, la question, classique, étant: quid de se taper une séance de tarte dans la gueule sur tout un album ? C’est vrai ça, par exemple j’adore le 1er Sublime Cadaveric Decomposition mais force est d’avouer qu’au bout de 15 titres ça le fait moins, mon adrénaline est moins sollicitée. Mais est-ce une question vraiment importante ? Je retiens pour l’instant ce release de grind/crust qui m’a sérieusement botté ! Le seul inconvénient étant que réparti sur 2 faces il faut se lever au bout de 3 minutes trente pour gouter aux autres 3 minutes trente.