Incrust - Baptized in unholy gore - 2005 (Ibex Moon)

Tracklisting:
1. Prelude To Mass Destruction
2. Necronun Desecration
3. Where Disgrace Reigns Supreme
4. Brutal Penetration In A Dead Woman
5. Lusting For Your Blood
6. The Bloody Art of My Torture
7. Cruelty In My Mind
8. Unholy Murder
9. Baptized In Unholy Gore
10. Outro

14/20

Miam miam, ami fan de death barbare, le Incantation de Onward To Golgotha te manque, tu aime le death caverneux, le death qui poisse, un growl profond et soufflant, les parties en tremolo accompagnées d’un blast bourrin, les ralentissements doomisants, quasi aucun solo... ami j’ai ce qu’il te faut avec ce release.

Formé en 1998 au Brazil, ce trio infernal s’est joint tardivement à la scène de Bahia avec une petite démo un titre, « brutal penetration in a dead woman » en 2000, une autre, produite par le vocaliste de Headhunter DC, en 2001 et une rehearsal en 2003. Le tout permet à John Mc Entee de Ibex Moon (et Incantation/Funerus bande d’incultes) de les repérer et c’est parti pour ce premier album masterisé avec des mouffles par un mec de Mortician, avec une cover de Chris Moyen. Et hop en 2005 on se retrouve donc avec cet album de necro death metal (bleuarg) cru dédié à Karnage de l’incontournable zine Eternal Fire. Notons qu'une outro genre bande son de film d'horreur a été ajouté, sans doute par le type de Mortician.

Pour une fois ma chro ne sera pas longue, le groupe se réclame des premiers abums des groupes Death, Autopsy, Incantation, Mortem, Immolation, et de Sadistic Intent...tout est dit. Le style est donc morbide est directe, ça reste musical comme l’a toujours été le death oldschool avec une propension aux harmoniques maladives et aux passages lourds. Le son fait un peu renfermé et le growl est plutôt un souffle profond qu’un grunt. La prod, un peu naze, en fera tiquer certains mais je trouve que cela sied parfaitement au style. Les basses sont bien présentes et les titres semble s’extraire du fond d’une caverne. On a droit à une petite modification de son mais ça passe tranquille des titres 6 à 8 repris tel quel de la démo produite par Sergio Baloff de Headhunter DC.

Les mauvaises langues me diront qu’ils n’ont que faire de ce disque pas original pour un sou mais moi je les emmerde, les tripes sont là, c’est bien fait, c’est bon et sans arrière pensée... par contre on attend toujours la démo « beyond the dead flesh » pour s’en retaper une tranche...miam miam...