INCANTATION - Upon the throne of apocalypse - 1994 ( Nuclear Blast )

Tracklisting:
1.Abolishment of Immaculate Serenity
2.Blissful Bloodshower
3.The Ibex Moon
4.Nocturnal Dominium
5.Essence Ablaze
6.Emaciated Holy Figure
7.Iconoclasm of Catholicism
8.Demonic Incarnate

19/20

Quand on écoute cet album, la première impression qui vient à l'esprit c'est cette sensation étrange que ce groupe joue sous la musique, beaucoup plus bas, plus sourd, plus obscur que tous les autres. Ce death metal est abyssal, d'une profondeur inouïe. Pas une once de lumière ne vient éclairer ces dix compositions qui bouillonnent dans la nuit la plus opaque qui soit. Les guitares enchaînent les riffs nerveux, toujours aussi diaboliques dans leurs mélodies et se répandent cette fois-ci beaucoup plus fréquemment sur des tempos d'une lourdeur titanesque, d'une puissance extraordinaire. Oui, Incantation ralenti le rythme pour devenir écrasant, menaçant, comme en témoigne l'entré en matière "Abolishment of Immaculate Serenity" et ses 8 minutes 20 secondes qui vous terrassent, vous enfoncent sous le poids hallucinant d'une rythmique pachydermique et de l'effroyable complainte bestiale d'un Craig Pillard qui renvoie tous les vocalistes du Monde au rang de petits chanteurs à la croix en bois.
Le jeu de batterie, pas une merde triggée, est bourré de feeling, d'énergie, une énergie d'outre tombe et impose un "anti-groove macabre" qui marque violemment les temps qui font mal. Jim Roe percute sauvagement chaque mesure pour qu'elle gagne en efficacité, il dynamise et décuple l'impact totalement dévastateur de cette œuvre dantesque.
Quand Incantation accélère, et cela reste souvent le cas, il le fait franchement et fracasse les restes de l'auditeur anéanti qui ne peut résister longtemps à l'assaut foudroyant que représente un morceau comme "Blissful Bloodshower".
Le groupe réussit donc à faire mieux, ou pire devrais-je dire, que sur son premier album. Solidement posé sur ses bases il épaissit encore sa musique, noircit son univers et sublime tous les éléments qui avaient fait la force de "Onward To Gologotha" pour devenir LA définition (morte-)vivante d'un death metal ténébreux et dangereusement authentique.
A noter que cet opus est la version "rough mix" de ce qui deviendra le second album officiel du groupe "The Mortal Throne Of Nazarene". Outre la pochette (toujours magnifique chez Incantation) qui n'est pas la même que celle qui illustrera la version "officielle", le son (évidemment) mais aussi l'agencement des titres sont sensiblement différents. En effet le track listing est totalement inversé, ce qui permet de débuter de manière magistrale sur "Abolishment of Immaculate Serenity", et le son moins peaufiné, plus "rustique" qu'il ne le sera sur l'autre version permet d'obtenir quelque chose de plus live, plus brut et surtout beaucoup plus agressif. Il sera difficile, après avoir goûté à "Upon The Throne Of Apocalypse" de passer à "The Mortal Throne Of Nazarene" et il sera tout aussi difficile de trouver ce "rough mix" limité à 2000 exemplaires lors de sa sortie en 1995.