IMMOLATION - Unholy Cult - 2002 ( Listenable Records )

Tracklisting:
1.Of Martyrs And Men
2.Sinful Nature
3.Unholy Cult
4.Wolf Among The Flock
5.Reluctant Messiah
6.A Kingdom Divided
7.Rival The Eminent
8.Bring Them Down

15/20

"Unholy Cult"…rien que le titre me met l'eau à la bouche et fait monter encore un peu plus le sentiment d'impatience non dissimulable qui m'envahit avant l'écoute de ce 5è album d'Immolation, formation de légende de la scène Death Metal. Deux ans après l'ultra puissant "Close to a world below" le moment est enfin venu d'écouter son successeur. Petite intro et c'est parti, étrange malaise qui m'envahit, je sens la deception monter en moi. Immolation est revenu à quelque chose de plus complexe et renoue ainsi avec "Here in after" ou "Failures for god", les riffs sont parmi les plus torturés que le groupe ait composé, le batteur est absolument phénoménal, inventif, la production toujours aussi particulière est parfaite, d'une clarté exemplaire, et pourtant je suis déçu. Les morceaux s'enchainent et font naitre en moi la désagréable impression que je les connais avant même de les avoir entendu. Tout est prévisible, parfait mais prévisible. Immolation à crée ce style qui n'appartient qu'à lui mais semble avoir du mal à le faire évoluer, les structures alambiquées et les cassures rythmiques ne surprennent plus vraiment, les harmoniques dérangent moins et les solos qui égrennent toujours les mélodies étranges qui m'envoutaient sur "Dawn of possession" n'inquiètent plus mes oreilles trop averties.
"Unholy Cult"…rien que le titre évoque la stagnation, perceptible jusque dans les textes abordant encore et toujours le même sujet, louable remise en question d'une religion d'opprimés aveugles, néfaste à toutes formes de libertés individuelles, traité de la même façon depuis maintenant 5 albums.
Néanmoins les novices apprécieront cet opus, véritable condensé de quelques 15 années de carrière. Le Death Metal d'Immolation les changera des prod.US habituelles, la technique est ici d'un autre genre, se situant au cœur même des riffs, dans leur mise en place et dans leur structure, dans le jeu unique et douloureux des guitaristes, dans le placement génial du batteur qui habille les mesures, qu'elles soient paires, impaires, composées ou non, et orne magnifiquement les plans chaotiques qui ont fait la légende du groupe.
Sur sa valeur intrinsèque cet album est difficilement criticable et se révèle être l'un de plus abouti de ses créateurs, il n'en reste pas moins que les intéressés de la première heure, dont je fais partie, ont le droit d'attendre encore un peu plus de ces musiciens extrêmement talentueux. Il serait en effet fort regrettable qu'Immolation tourne trop en rond et finisse par nous lasser de son Univers que nous espérons beaucoup plus vaste.