GRAVE - Into the Grave - 1991 ( Century Media )

1.Deformed
2.In love
3.For your god
4. Obscure infinity
5.Hating life
6.Into the Grave
7. Extremely rotten flesh
8.Haunted
9.Day of mourning
10.Inhuman
11.Banished to live

17/20

En plein revival suédois fin 80’s début 90’s, je m’empile dans les esgourdes les Dismember, Entombed, God Macabre, Carnage, Unleashed, Afflicted, Liers In Wait, Carbonized, Comecon, Nihilist, Edge Of Sanity, Desultory etc et là c’est sur le premier album de Grave que se jette mon dévolue.

Loin d’être le groupe phare de cette scène, ni un précurseur, j’ai pourtant un faible pour ce release plein de personnalité et extrêmement brutal. Point de mélodie ici bas, Grave est habité par l’esprit brutal, lourd et morbide du death metal. Exit donc les mélodies typiquement suédoises, Grave joue clairement la carte de la simplicité et s’impose dans la course à la brutalité à une époque où celle-ci avait encore un sens. Bref plus crade, plus lourd et plus morbide, Grave se pose là ! En exhumant des titres de ces démos datant jusqu’à 1988, Grave se la donne à mort sans se poser de questions, tout simplement possédé par l’esprit du death metal.

Un son bien gras sert de toile à cette boucherie, les grattes bien downtunées, presque à la Carcass, sont ultra saturées, à l’instar de leurs compatriotes, mais dans un registre plus épais. Le batteur, au son puissant, s’en donne à cœur joie et sans jamais blaster contribue au coté martelant de cet album. Enfin, cerise sur le gateau, Jörgen au chant est absolument dantesque, ultra guttural mais pas dans le style gargouilllis de chiotte comme c’est la norme aujourd’hui. Je le rangeais parmi les vocalistes les plus brutaux du death metal. Il a depuis changé de registre et c’est fort dommage.

Les compositions sont ultra simples, en appelle à une violence primaire et accrocheuse. Le groupe parsème ses orgies brutales de plans mémorables ou plus ponctuellement de solis chaotiques pas originaux pour un sou. Mes passages favoris restent les parties lourdes chargées d’un feeling 100% death metal conjuguant puissance et feeling menaçant. Pour le coup avec ce putain de son, ces grattes accordées aussi bas et Jörgen aux beuglements ça arrache tout simplement. Que dire de l’intro de « Extremly Rotten Flesh » par exemple ? Bateau, d’accord, joussive, ooooouuuiiiii !!!! Headbanging assuré, un titre taillé pour la scène !

Vu d’aujourd’hui ça peut paraître chiant car une écoute rapide laisse à penser que le groupe joue 11 fois le même titre. Bon ok c’est la même recette mais ça fourmille de plans excellents. Après c’est sur, ça martèle, au sens propre vu le son de l’album, comme au sens figuré, du début à la fin. Mais bon, quand je vois la scène brootal death actuel, les Devourment, Lividity et tous ces petits élevés au yop à la fraise chez papa maman, je me dis que par rapport au coté répétitif Grave est limite un groupe progressif. Mais Grave est surtout un vrai groupe puissant.

Un death épais et direct respirant la violence…qui sans être une tuerie ultime constitue pour moi un manifeste de ce que peut être le death metal…jubilatoire !!!!!!!