GOD MACABRE - The Winterlong - 1992 ( Mangled Beyond Recognition, 2002 Relapse )

1. Into Nowhere
2. Lost
3. Teardrops
4. Ashes of Mourning Life
5. Spawn of Flesh
6. Lamentation
7. In Grief.
8. Consumed by Darkness
9. Ceased to be
10. Spawn of Flesh

15/20

Un des bons cotés de la recherche de profit des labels actuels, sont les réeditions auquel on assiste, Morgoth, Asphyx, Carnage etc. Là c’est Relapse qui s’y colle avec ses undergound series comme ils disent. Résultat : remix, remaster et c’est parti.

Formé en 1990 au milieu de la scéne hardcore/grind suédoise Macabre’s End change de nom en 1991 et signe un seul et unique album sur le label allemand Mangled Beyond Recognition en 1992. Le style résolument suédois repose sur une base rythmique et des riffs parfois quasi punk, une bonne touche mélodique sobre, via chorus et soli, le tout plombé de passages doomy. Coté son, on ajoute, grand classique suédois, une production Sunlight studio et le son férocement abrasif de guitare qui en découle. On ajoute aussi que de ponctuelles notes de claviers ajoutant à la profondeur de certains passages. La voix elle est bien brutale, dans un registre grave du meilleur effet sur l'excellent "Consumed By Darkness".

God Macabre dégage un certain feeling mélancolique plutôt réussi en dehors de l’intermède catastrophique, « Lamentations », avec guitare sèche, flûte clavier et tout le tintouin…un beau moment d’égarement bien cul cul. En fait si on vire ce titre le "Winterlong" original ne comportait que 6 vrais titres. Et encore, tout sympathique qu'il est "Teardrops" est un instrumental plutôt court. Cette réedition a donc l'avantage d'ajouter les 3 titres de la démo de 1990 de Macabre's End appelée Consumed By Darkness. Cela explique pourquoi "Spawn Of Flesh" figure 2 fois sur ce disque. La version de 1990 étant plus heavy à mon gout.

Pour être clair on pense un peu à Entombed (old), Dismember, parfois au Finlandais de Amorphis (des débuts) ou de Demigod pour les cotés plus lourds. God Macabre mixe en effet scène suédoise et scène Finlandaise pour mon plus grand bonheur. Mais j’exagère un peu quand même là. On n’est pas non plus en présence de la gemme cachée dans les limbes du temps ou d’un album culte quoiqu’on en dise. God Macabre est, je dirais, moins death que les débuts de Entombed en ce sens que vous ne trouverez pas de débauche de « blasts » ou de tempos écrasants. Le groupe privilégie le mid tempo voir les passages doomy et lorsqu’il veut dépoter en appelle plus au punk. Ce coté punk dans le phrasé de certains riffs et l'appui rythmique étant une énorme influence de la scène death suédoise de l'époque. Les amateurs des cotés les plus grind du death suédois trouveront donc ce disque un peu mollasson. De ci de là, surtout via les chorus, quelques légères expérimentations plus ou moins réussies mais passant toutes un le cap de l’acceptable. God Macabre est un groupe lent, sans être funeral doom, et arrive à créer un certain feeling clairement grâce à ses parties les plus lentes. Appelons ça du doom death nordique.

Simple mais pas simpliste, basique mais pas binaire, ce disque est plutôt efficace et s’adresse plus aux fans de la seconde partie du titre Left Hand Path de Entombed qu’à ceux de la première. Alors évidement, en 1991, Entombed en était déjà à son second release, Dismember sortait son premier release. Carnage avait déjà pondu son Dark Recollections. Bef…God Macabre n’est pas un précurseur. Mais pour autant, parmi les premiers, il apporte sa touche et pond un album de qualité. Les fans de death nordiques fin 80s/début 90’s connaissent déjà ce solide release. Pour les autres, je recommande de commencer par autre chose mais une fois accro, n’oubliez pas de passer par la case God Macabre. Album sympathique qu’il faut à coup sur privilégier à la vague de revival type Paganizer (pouark), Death Breath (ok), Earth (à découvrir pour ceux qui ne connaissent pas, « Star Condemn’d » est pas mal), Kaamos (miam), Bloodbath (pouark), Fleshcrawl (leurs 2 premiers, voir plus, étant des hommages au death nordiques fin 80's début 90's) et compagnie. Les curieux n'ont qu'à aller sur la page myspace de God Macabre. Cette exhumation m'a en tout cas bien botté le cul, largement plus que celles de Furbowl, rappelez-vous "produced by Michael Amott", ou de Cemetary que je me suis faite récemment. Mais pour le coup ces deux groupes là étaient vraiments des seconds couteaux au contraire de God Macabre.