Funebrarum / Interment - Conjuration of the Sepulchral (split CD) - 2007 (Conqueror of Thorns)

Tracklisting:
1. Intro - Into Dark Domains
2. Grave Reaper
3. Caught in a Vortex (Abhorrence cover)
4. Into the Grave (Grave cover)
5. Kingdom of Suffering Souls (2006 version)
6. Infernal Damnation
7. Black Hollow Black
8. A Descent Hell
9. Breeding Spawn
10. The Soulcollector

16/20 & 13/20

Funebrarum revient fort avec ce split pour 3 raisons, déjà le groupe n’est pas super productif et les amateurs, comme moi, commençaient à s’impatienter, même si Evoken m’a régalé d’un « Antithesis of light » et avant d’un « Quietus » depuis l’album de 2001 et le single de 2003. Je rappelle en effet que Funebrarum n’est autre que le side project de Nick Orlando, gratteux chez Evoken et Daryl Kahan, vocaliste chez Abazagorath.

La 2eme raison de ce retour en force est l’alliance avec Interment, un combo suédois datant quasiment de l’époque de Nihilist. C’est un des groupes avec Evocation, Fulmination, Nirvana 2002 ou Crematory qui aurait pu percer s’ils s’étaient fait connaitre un peu plus tôt. Encore que pour Crematory je suis dur car le groupe, à vérifier, est limite aussi vieux que Nihilist. En tout cas en 1991, même si Interment trainait ses guêtres sous un autre nom depuis 1988, tout était déjà plié coté death metal suédois. Loin de moi donc l’idée de vous vendre le groupe ultime que tout le monde a raté. Disons que le groupe était pas mal, notamment sur sa première démo « Where Death will increase » avec un style plutôt agressif pas du tout porté sur les bêtises Gothenburg-ienne. Les gars ont ensuite joué certains dans Uncanny, d’autres chez Regurgitate, Dellamorte, Centinex (et donc maintenant Demonical). Bref ce ne sont pas des novices... C’est Daryl qui a contacté le groupe initialement pour ressortir les démos sur son label Morbid Wrath.

La 3eme raison de la qualité du retour de Funebrarum tient surtout évidemment à la musique. Petit rappel des faits : Funebrarum est un combo rendant hommage au death nordique fin 80’s tout début 90’s le tout en empruntant un amour de la saturation et des mélodies macabres à la Suède ainsi qu’un gout pour la lourdeur doomisante et la morbidité du death Finlandais. La cerise sur le gâteau c’est surtout le gros feeling que dégage le groupe.

Le son est dantesque, les mecs ont foutu tout les potards de distorsion à 10 et ça s’entend carrément tant ça arrache les oreilles, les notes se battent pour s’arracher au marasme brutal des guitares. La lourdeur du son est bien servie par un batteur occupant bien l’espace malgré une double grosse caisse un peu absente du mix. Je décerne encore une mention spéciale à Daryl qui a un growl vraiment brutal et agressif... Tous ces ingrédients mis ensemble sont carrément orgasmique sur le titre « Kingdom of suffering souls ». Ce titre, déjà présent sur leur première démo, est une tuerie sans nom, du bon gros death lourdingue et morbide option rouleau compresseur qui pue la mort dans ta gueule...la grande classe. Du brutal, du lourd, une petite mélodie macabre au milieu et tout le toutim. Nick est un vrai fan du death nordique de la grande époque et Funebrarum nous exhume un titre du ep de 1990 des Finlandais de Abhorrence avec « Caught in a vortex » qui ne dépareille pas du reste des compos des américains. Une bonne tranche de death épais et cryptique. Allez ici pour en savoir plus sur ce bon petit groupe qui vous fera comprendre ce qu’était le death Finlandais. On se tape aussi une reprise de « Into the grave » de l’album du même nom qui fut, et reste, un monument de bourrinerie sans fard. Et bah pour le coup nos joyeux amis de Funebrarum nous serve ça avec la même barbarie et toujours cette saturation à la limite de la caricature... chaotique et puissant. Bref Funebrarum dégage un gros feeling et c’est ça que j’aime chez eux.

Par contre j’ai quand même un peu les boules, on a que 1 nouveaux titres, une superbe exhumation de leur 1ere démo et 2 reprises au final...c’est léger et fait plutôt vrai faux retour... A ce rythme là je pensais qu’on ne serait pas près de voir un deuxième album avant 2012 mais à ma surprise Funebrarum rentre en studio fin aout pour leur second album. Une tournée européenne avec Interment devrait suivre en 2008. Cet split est donc clairement à prendre comme un « appetizer » de choix pour l’album... En tout cas, avec Kaamos, Funebrarum est pour moi le meilleur groupe dans le style death nordique old school. C’est donc aussi un groupe de death sympa tout court. Bref rangez vos Paganizer, Bloodbath, Chaosbreed, Death Breath, Earth et cie...

La face Interment maintenant. Reformé depuis peu, à l’instar de Evocation qui viennent de sortir un album, Interment s’illustrait à leur début par un style clairement suédois mais option brutal. Le groupe présente ici de nouveaux titres un peu plus punky dans l’âme, sans doute influencé par leur méfait dans Uncurbed et Dellamorte.

Avec Interment on retrouve un son plus Suédois, car moins porté sur les basses que Funebrarum... bref plutôt abrasif. Exit aussi le coté doomy à la Finlandaise. On récupère par contre le coté punk/crust du death suédois, notamment à la rythmique, quelques leads dans un esprit plus rock. Bref on a droit à du sympathique death suédois agressif mais rarement blastant. Si il est pêchu, le death de Interment est moins sombre et chaotique que celui de Funebrarum de par ce léger coté punk/crust qu’a adopté la Suéde. La voix, plus hurlée et plus linéaire joue aussi. Les morceaux sont délivrés de manière ultra carré, peut être parfois avec un petit manque d’âme, de ce coté là dur de rivaliser avec Funebrarum. Un batteur sortant un jeu plus diversifié aurait été un gros plus, j’avoue que si ces titres sont pas mal, un album entier sur cette rythmique m’aurait bien gavé.

La face Interment me fait donc moins baver que celle de Funebrarum mais ce n’est pas pour autant qu’elle est mauvaise. Les mecs savent composer et exécuter de bons titres et j’écoute avec plaisir cette face du split aussi... face qui s’achève sur un bon vieil instrumental de derrière les fagots... bateau mais appréciable...mais quand même un peu chiant parfois...

En tout cas, une fois de plus le death old school l’emporte !