FOLKSTORM - Folkmusik - 2005 ( Old Europa Café )

Track Listing :

1. Seger
2. Ty Han är min Soldat
3. In all Forall
4. God Hates America
5. Epilogue II
6. Folkhat/Blodsmak
7. Armed and dangerous
8. Ordning
9. Hatewave

16/20

C’est muni d’une semi gueule de bois et d’une overdose de boulot que j’ai, bien mal inspiré, allumé ma télé (12 ans d’ages, image dégueu) après avoir longuement chercher cette putain de télécommande. Au programme futilité, flux d’informations faussement importantes en continu, vacuité, musiques et films paraît-il incontournables autoproclamés par la meute de vendeurs/producteurs contrôlant aussi bien contenu que contenant. Vacuité, superficialité, bonne morale, tv trash bien convenue, mensonges, hypocrisie. Rip off, reprise, rererepompage…bref…un vide intersidéral rempli de fourmis courant après je ne sais quels trucs importants/géniaux du moment, bêtises enfantines se parant de l’aura du sérieux et de la langue de bois. Tout ça est à l’image de la vie des beaux occidentaux courant après je ne sais quels nouveaux biens de consommations, se pignolant à propos de bouquins pédants dans des émissions pédantes, s’achetant une conscience en regardant des reportages chocs, après s’être payer sa petite crise d’ado rebelle vite annihilée par le confort de sa petite vie. Et en prime je fous dans le même sac les contestataires de salon, les donneurs de leçon qui ne sont que l’autre coté de la pièce de cette vaste blague. Bref une belle séance de déprime devant cet assaut de destruction du sens critique de l’indépendance d’esprit.

Noyé dans mes préoccupations faussement importantes, comme tout le monde, j’ai parfois des résurgences de profond dégoût pour quasi tout ce qui m’entoure. Des quasi-envie d'éradication de la race humaine…de destruction de ce petit château de cartes stupide qui tourne 24h/24h…

Quand cet esprit m’anime, en général cela débouche sur l’écoute obligatoire d’industriel musclé ou sombre comme sur cet album. Les précurseurs de ce courant, les Throbbing Gristle et autres SPK, allait une case plus loin que ce bordel ambiant en déconstruisant, intellectualisant une approche du monde moderne, en proposant de nouvelles conceptions de l’esthétique par une approche quasi situationniste. La suite de tout ça on la connaît : bien qu’encore confidentiel, l’industriel est devenu parfois comme le rock ou le punk un nouveau produit de consommation pratiqué sans âme par de petits moutons pompeurs en quête d’identité. Pour autant reste une série de groupes pratiquant leur style avec classe, personnalité et nihilisme.

Pas de ceux là au départ, Folkstorm, ne reniant pas l’industriel old school a une fois de plus évolué d’un cran depuis son dernier release en proposant un disque complet faisant sens. Si le style est toujours abrasif, HNB intègre des digressions brumeuses et quasi mélodiques, tendances déprimes, un peu comme dans les releases plus récents de Toroidh. Contestataire est un mot qu’on voudrait appliquer, tant, sans être politique, le disque jette un regard sans fard sur la vaste connerie que j’ai décrit plus haut. Pour autant, la noirceur des compos, laissant bien voir la non issue de tout cela, n’est pas résigné tant sans faux. Bref un disque violent de par les sons et les ambiances, ne délaissant pas le calme inquiétant et loin d’être gratuit. Les traitements appliqués aux samples, sons, voix montre les choses sous leur vrai jour. Le corps rythmique des compos appuyées par les sons abrasifs tantôt vous écraseront tantôt permettront de relâcher la tension construite autour de moments plus calmes et sombres. Au final on arrive à un disque pas forcement nihiliste mais que je qualifierais d’opposition. Opposition armée si l’on en juge par certains cotés martiaux.

HNB signe ici pour moi un de ses meilleurs releases en ce sens qu’il intègre beaucoup de ce que monsieur touche, ou a touché, que ce soit au travers de choses plus ambients avec (Toroidh) ou sans (HNB…) colorations historiques, violentes (Folkstorm, Incinerator International, HH9…), une bonne touche old school (Maschinenzimmer 412…), bref je pense qu’on retrouve l’esprit de synthèse qui régnait sur un MZ412 du temps d’un Nordik Battle Signs en beaucoup plus réussi et sans le trip à 2 balles du black industriel/rituel qui n’avait porté ses fruits que de temps en temps sur le 1er MZ412. Folkmusik est plus homogène tout en étant plus diversifié. Mais surtout c’est fort d’une expérience bien plus grande et protéiforme que HNB signe ce Folkmusik qui fait sentir un Folkstorm avec de la personnalité. Les amateurs de bruits regretteront les débuts du groupe mais pourront se reporter vers d’autres projets de HNB. Ce Folkmusik ne comporte en effet pas d’hommages au power electronic, et s’avère plus lisse au final que les trucs les plus violents de HNB. Ca reste teigneux mais plus posé. Coté son on est plus propre que sur For The Love Of Hate, c’est moins saturé mais attention le feeling est là, on ne parle pas d’une prod ou d’une musique aseptisée mais bien de quelque chose d’offensif !

En tout cas écouter ce genre de release me rince et diminue mon angoisse...me rendant presque confiance en la vie !