Evocation - Evocation - 1992( Breath of nigth 2004 )

Tracklisting:
1. A Wind Has Risen
2. Through The Darkened Peril
3. The Ancient Gate
4. Desolated Spirits
5. On a Journey to Heaven
6. Where the Headstones Shine
7. Veils Were Blown
8. Spiritual Affinity

13/20

Evocation est un de ces groupes Suédois pas mal qui a produit trop tard, 1992, pour avoir pu prétendre à plus que des démos. Pourtant les 2 démos du groupe valent leur pesant de cahouétes mais que voulez-vous, la Suéde était trop présente et depuis trop longtemps. Les fans les plus underground était déjà passés au beumeuh et les autres attendaient plutôt un Dark tranquility. Bref pas assez gothenburgien, pas assez obscur, trop en retard, Evocation n’aura sorti que 2 démos en 1992.

Le son de la première démo, « The Ancient Gate », est un pur produit de l’âge d’or du Sunligth studio, on pense un peu à God Macabre pour le son dans les basses et Carnage pour le son des leads. Bref jouissif mais pas original pour un sou. Disons que Evocation fait parti des groupes qui ont été handicapé par le choix du studio. Car quand bien même le son soit nickel pour les 4 titres d’ouverture, force est de constater que le cumul avec un style de death metal, certes mixant le style de Stockholm avec un pointe de Gothenburg, qui saturait le petit marché du death metal faisait du groupe le parfait candidat à des chroniques du type « encore un groupe suédois un de plus ».

Et dans le fonds un tel constat est plutôt dans le vrai et il ne faut pas chercher à aborder ce groupe en y cherchant un précurseur incompris ou un groupe culte. Disons que ces démos sont plutôt pas mal dans le style death suédois. L’influence Gothenburg est plus présente, mais discrète sur la 1ere démo sinon j’aurais déjà vomi le groupe pendant 10 lignes. Bons les quelques claviers de ci de là sont parfois un peu bidon. En fait, on démarre sur un instrumental donnant un petit coté plus dark et bucolique à la chose. Les voix savent aussi se faire plus démoniaque que dans le death metal. Cette première démo en tout cas c’est du tout bon, car le groupe offre des compos assez diversifiées et pleine d’ambiances le tout très bien exécutés. Le title track est tout bonnement superbe et avec un final de folie.

La promo de 1992, non produite au Sunligth, est dans la même veine, voir un peu plus mélodique notamment via quelques chorus/soli de grattes qui me gavouillent un peu. Le son est moins épais, plus brouillon, manquant un peu de pêche. On sent que les gars ont voulu faire quelque chose de plus catchy dès le premier titre. Bref ça « gothenburp » (copyright gabounet) un peu trop parfois à mon gout. Trop de petites envolées à la gratte... c’est sur ça attire l’oreille. « Where the headstones shine » est bien entaché de ce couplet option poignant/majestueus-ifiant et toit ouvrant. Et c’est trop con car le titre s’avère en fait assez riche, voir tordu. A noter que l’outro de cette seconde démo a purement et simplement disparu de cette réédition.

En tout cas, les fans de death old school suédois peuvent y aller, ils passeront un bon moment sans prétention avec ces démos. Par contre toute allergie sévère au coté mélodique du death suédois contre indique l’utilisation de cet album, surtout du fait la la seconde partie. Bien que non classable dans la case gerboulante Gothenburg il a ses petits moments mellow-difiant. Dans la mesure où je trouve ces démos sympathiques, je pense que ces moments restent légers car je hais toutes ces conneries. Mais j’ai quand même du mal à comprendre le coté, soit disant, méga culte qu’ont ces démos. Elles avaient à mon avis l’avantage de présenter un mix Stockholm/Gothenburg, bref du brutal et de la mélodie à un moment où la scène de Gothenburg n’avait pas encore explosé. Elles présentaient aussi de bons titres plutôt bien exécutés. Ni plus, ni moins. Je ne la vous la jouerais donc pas complaisant avec une note faramineuse car la seconde démo m’a laissé mi figue mi raisin par son coté parfois trop facile.

Devant le coup de pied au cul aux mémoires que semble avoir mis l’excellent bouquin de Daniel Ekeroth sur le death suédois, le groupe, déjà remotivé par la très bonne initiative qu’à eu Breath Of Nigth de rééditer leur démos, a pondu un nouvel album que je n’ai pas encore écouté. Et je ne suis pas sur de le faire si le groupe a persévéré dans la lignée de certains travers de la seconde démo... travers expliquant la note...