ENTOMBED - To Ride, Shoot Straight and Speak the Truth - 1997 ( Music for Nations )

Tracklisting:
1.To Ride, Shoot Straight and Speak the Truth
2.Like this with the Devil
3.Lights Out
4.Wound
5.They
6.Somewhat Peculiar
7.DCLXVI
8.Parasight
9.Damn Deal Done
10.Put Me Out
11.Just As Sad
12.Boats
13.Uffe's Horrorshow
14.Wreckage

14/20

Si on se demandait encore si Wolveine Blues n'était qu'une passade inconsciente dirigeant Enombed loin des plates bandes du Death Metal, qui plus est sublime, auquel ils nous avaient habitué jusqu'alors, les 14 titres de To Ride... nous apportent une réponse on ne peu plus cinglante. C'est avec cet album que le groupe coupe définitivement les ponts avec ses premiers amours. Encore plus Rock'n Roll que son prédécesseur, To Ride... enfonce le clou à grands coups de tête, et Entombed affirme son identité décalée en rajoutant à la sauce une petite pointe de second degré et d'autoparodie à sa musique et son image, tout en sachant ne pas tomber dans le fun, distillant ici et là un petit vent de folie glauque.

Ca part un peu dans tous les sens, des nombreux soli Rock n' Roll de la paire Hellid/Cederlund qui se laissent aller à des riffs puant le wkisky, à la voix rauque ( n' roll ouais, facile, facile... ) d'un LG Petrov multidirectionnel modulant les tonalités comme jamais auparavant. Beaucoup d'énérgie se dégage de tout celà, et le groupe exploite à merveille le cliché "musique du Diable" dans ses textes toujours dans cet esprit décalé et sans se prendre au sérieux. Le son volontairement cradingue et live accentue encore un peu plus l'aspect Rock déjanté, et des titres tels que 'Wound' aux vocaux sursaturés qui viennent s'écraser littéralement sur une rythmique assomante et répétitive ou encore 'They' parsemé de riffs pachydermiquement lourds sont de véritables coups de masse dans la tronche dés qu'on monte un peu le son.

Au final un album qui décrasse bien, à l'identité entière et quoi qu'on a pu en dire ici et là sommes toutes assez original. Certes je ne conseille pas cet album à ceux qui avaient déjà été heurtés par l'évolution que le groupe avait amorcé sur Wolverine Blues... au contraire c'est encore pire ( pire dans le sens où To Ride s'éloigne encore plus que Wolverine Blues du Entombed de 1990 ). Je dois avouer que l'alchimie n'a pas fonctionnée de manière immédiate en ce qui me concerne, le son étant quelque peu déroutant de prime abord comparé à la puissance développée sur leurs précédentes oeuvres. Mais ce son si rebutant au début devient au fil des écoutes une part entière de la réussite de l'ensemble qui y gagne en personnalité. On est bien loin des surproductions over triggé hyper boosté under pourraves... et ca c'est bon!

"I'll Be Rockin' And Rollin' In Hell Instead!!"