Discharge - hear nothing, see nothing, say nothing - 1982 - ( ...)

Tracklisting:
1.Hear Nothing, See Nothing, Say Nothing
2.The Nightmare Continues
3. The Final Blood Bath
4. Protest And Survive
5. I Won't Subscribe
6. Drunk With Power
7. Meanwhile
8. A Hell On Earth
9.Cries Of Help
10. The Possibility Of Life's Destruction
11. Question:And Children? Answer: And Children
12 The Blood Runs Red
13. Free Speech For The
14. The End

--



Il est des albums dont on a peu à dire. Pierre angulaire du renouveau du punk en 1982, cette bombe de Discharge pose les bases du d-beat et propulse le punk dans une nouvelle dimension qui aboutira au crust au grind etc...On pourrait gloser sur les autres groupes de l'époque et savoir qui quand ou et comment fut le premier ? Quelle en serait l'utilité, à par vous faire découvrir d'autres gemmes. Par ailleurs à part les The Varukers, Discharge était le seul groupe d beat : le d signifiant Discharge bande d'inculte !!! Agressif, direct, rapide, vindicatif...rien à jeter sur cet album.

Bref le début des 80's est une référence pour moi coté punk. UK et Suéde se dammant le pion régulièrement : Discharge, Anti Cimex, MOB47, The exploited, The Varukers, Antisect (anarcho punk), Amebix (un groupe à part), Chaos UK (punk) et j'en oublie. Ne délaissons pas les USA avec Final Conflict et Crucifix (plus anarcho punk que d beat ou crust). La flamme ne s'éteindra par ailleurs jamais que ce soit dans sa forme originale (ou presque, je pense aux super débuts de Sacrilege (UK)) ou en évoluant vers le grind (en passant par le style plus crusty à la Extreme Noise Terror). Mais surtout Discharge suppure indirectement dans de nombreux styles à travers la tonne de groupes influencés par cet ep.

HSSNSN est donc une claque, la suivante sera « Dropdead » par Siege...et à l'instar de ce que je raconte dans la chro de « Dropdead », HSSNSN n'a pas qu'un intérêt archéologique : ce disque reste un plaisir à écouter, une bombe d'énergie...intemporelle...Une chronique facile, peut être mais nécessaire étant donné l'engin. Car là où Siege a influencé hardcore et grind, Discharge ratisse bien plus large. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire plutôt que de vous perdre dans un revival dis- avec les disfear et cie...