DIRGE - And Shall The Sky Descend - 2004 ( Blight )

Tracklisting:
1 – And shall the sky descend
2 - The birdies wheel
3 – The endless
4 – Glaring lights

16/20

C’est l’heure. L’heure où le ciel descend lentement mais sûrement. L’heure où l’atmosphère s’alourdit franchement, où les nuages obscurcissent le ciel, laissant peu de place aux rayons du soleil. Pourtant il ne fait pas nuit. Il fait sombre. Sombre à l’image de ce troisième album de Dirge, combo parisien officiant depuis plus de 10 ans dans la plus grande discrétion. Mais une fois qu’on a mis le doigt sur ce groupe, difficile de rester insensible à l’univers terrifiant qui s’offre à nos oreilles et à nos yeux (pour ceux qui ont eu la chance de les voir live).
Difficile de ne pas penser au Times Of Grace de Neurosis ou aux premiers Godspeed You Black Emperor, mais on a largement vu pire comme référence. Surtout quand cette influence est assimilée et utilisée à bon escient, à la création de 4 entités sonores pouvant atteindre la demi heure – And Shall The Sky Descend dure 73 minutes. Vous l’aurez compris, Dirge prend son temps. Celui de créer des ambiances lourdes, progressives, emportant l’auditeur dans une calme tempête à laquelle il est impossible de résister. On se laisse entraîner sans broncher dans les structures progressives, enchaînant riffs marteleurs, plages psychédéliques et nappes atmosphériques avec une grande cohérence et une maîtrise des arrangements. Ici peu importe la virtuosité technique, seul l’émotion prime. Et Dirge l’a bien compris. Comme leurs glorieux aînés, les parisiens jouent avec les sonorités, utilisant des cordes pour insister sur le côté épique de leurs compositions. Facile me direz-vous. Certes oui mais toujours efficace quand comme ici leur utilisation est utilisée avec parcimonie. Le travail des 3 voix l’est aussi, efficace et bien dosé. Mais la musique de Dirge est en grande majorité instrumentale.
Véritable surprise et révélation pour ma part, je ne peux que souhaiter à ce And Shall The Sky Descend et ses géniteurs la reconnaissance qu’ils méritent. A bon entendeur.