DEFECATION - Purity Dilution - 1989 ( Nuclear Blast )

1. Intro-Megaton
2. Vestige of Earthly Remains
3. Life on Planet Earth is Fucken Cancerous
4. Contagion
5. Predominance
6. Recovery
7. Side Effects
8. Mutual Trust
9. Focus
10. Popular Belief
11. Scrutiny
12. Underestimation
(réedition 1998 : 13. Granted Wish)

16/20

Bon commençons par un peu d’histoire, Defecation a été formé en été 1987 par le batteur anglais Mick Harris (ex Doom, ex Extreme Noise Terror, Napalm Death) et le gratteux des Righteous Pigs Mitch Harris. Nos 2 amis, en bon tape traders fan de musique extrême, se connaissaient déjà et Mick avait décidé de rencontrer Mitch lors de son premier voyage aux USA à Las Vegas. C’est lors de cette rencontre que nos 2 amis décidèrent de monter un groupe de…grind évidemment. Composé en 2 semaines et enregistré en 1988 en 3 jours à NY (produit par le groupe et Dan Lilker qu’on ne présente plus), « Purity Dilution » a été une des premières sorties du Nuclear Blast, son boss Markus Steiger ayant été emballé par les bandes que Mitch, déjà sur le label avec les Righteous Pigs, lui avait fait entendre. La version qui est sortie a elle été enregistré en Angleterre en mars 1989 car les bandes US s’étaient perdues en route !

L’objet du délit est un album engagé sur le thème de la pollution et autres dommages collatéraux dus aux activités humaines durant 27 minutes et tapant sévèrement sur la tronche. Dès le morceau d’intro, un mid tempo en bêton armé, on goute au jeu de Mick et à un son de gratte plutôt spécial mais grind dans l’esprit. Ca tape proprement sur la tronche et donne immédiatement le sourire. Le second titre est lui beaucoup plus représentatif du reste de l’album : on démarre un riff de punk hardcore rappelant clairement des groupes à la Doom/Extreme Noise Terror i.e. un style de grind assez crust le tout soutenu par un beat allant de soi. On retrouve par contre d’autres riffs qui rendent le tout plus construit, et donc plus long, qu’un morceau de crust de base. Bon, après ce titre dure 3 minutes et c’est presque le morceau le plus long. On sent clairement l’influence de Mitch alors riffeur/compositeur chez les Rigtheous Pigs. Les blasts furieux de Mick Harris imprime le même coté fou à la musique que chez le Napalm Death de l’époque. En fait, on a clairement droit à un mix de ce que faisait alors Napalm Death (en plein « Mentally Murdered » je crois), avec la touche crust un peu plus prononcée, et le riffing thrashisant à la Rigtheous Pigs du père Mitch.

La mise en place est bonne mais on garde le coté débordement sonore que se doit d’avoir un disque de grind notamment grâce aux blasts fous de Mick « human tornado » Harris. La prod, pas dégueu, garde le gras du style et ne gomme pas ce coté chaotique en étant trop proprette. Le dernier titre, présent seulement sur la réedition de 1998, « Granted Wishes » est en fait la démo d’un titre pour le second Defecation que le groupe préparait en 1991. Le son ést vraiment un ton en dessous, les voix différentes et surtout il est musicalement dans un style proche du « Harmony Corruption » que Napalm Death venait de sortir. Carrément sympa mais assez différent en fait du reste du cd.

Coté voix on a droit à un doublon au premier abord un peu dur. Bien qu’hurleurs efficaces en terme de backing vox hurlées et haut perchées, absents de cet album, on sent quand même que nos amis forcent quant il s’agit du coté gras. On s’y habitue et ça rend parfois pas mal mais de temps en temps, par exemple au milieu de « Live on the planet earth is fucken cancerous » sur un riff typique de Mitch, ca fait un peu faiblard. On sent le gars qui devient tout rouge…Bref le père Mitch a un peu de mal. C’est ça plus quelques riffs poussifs du père Mitch qui explique ma note.

Pour résumer un gros disque de grind servi par des grands du style avec des ingrédients qui font mouche : gros riffs, coté crust, blasts fous de mick et en rab le riffing de Mitch qui apporte de la variété. Par contre les voix sont moyennes et rendent une écoute moins facile. Mais ça passe quand même, rassurez vous ! Le disque est de très bonne qualité et loin de moi l’idée de dire que les voix ruinent la chose ! C’est cette collaboration qui a orienté le choix de Napalm Death vers Mitch (avec en binôme Jesse de Terrorizer !!!) quand Bill Steer a quitté le groupe.

Les fans de grind oldschool doivent absolument se procurer ce disque car c’est à juste titre un classique du genre. Les autres aussi car ça reste du brutal tout en étant à peu près diversifié dans un carcan grind et surtout ça a de l’attitude ! Bref c’était encore le temps ou un album de grind était un gros fuck au monde entier et pas un exutoire sans queue ni tête pour bouffons professionnels formatés. Quant à moi, je me demande parfois si je ne le préfère pas au Terrorizer sorti la même année !

Pour la petite histoire le tandem avait préparé après l’enregistrement de « Harmony Corruption » un successeur à « Purity dilution » mais se sont vus rappeler par Earache qu’ils avaient signé un contrat liant tous leurs projets à Earache. Mitch refusa de sortir la chose chez Earache car Nuclear Blast avaient selon lui déjà financé ce second album. Il parait que ce sont ces compos que Mitch aurait remis au gout du jour en assurant tous les instruments sur « Intention Surpassed », album que je ne connais pas mais j’ai peur que ce soit comme pour la reformation de Terrorizer !