DEATHSPELL OMEGA - Kenôse - 2005 ( Noevdia )

Tracklisting:

01 - I
02 - II
03 - III

18/20

Après quelques longues minutes d'une mise en bouche tout aussi mélancolique qu'inquiétante, la furie d'un black metal pur et complexe nous envahit et tout le travail d'un groupe extrêmement appliqué titille agréablement nos esgourdes depuis longtemps blasées.
Les trois longs titres de ce mini cd s'étirent chacun sur une bonne dizaine de minutes et sont de véritables mines de riffs soignés et originaux, tous reliés les uns aux autres par des transitions fluides et réfléchies. Tantôt dissonants, tantôt diaboliquement mélodiques les plans de 6 cordes tourbillonnants, déstabilisants, collent parfaitement aux tempos que le groupe veut variés même si la vitesse de croisière est dans l'ensemble plutôt élevée. Le batteur insuffle un souffle extrêmement dynamique aux compositions et, fait assez rare pour être souligné, fait preuve de beaucoup d'inventivité dans ses patterns.
Aucun break n'est superflu et aucune trace de remplissage n'est décelable sur ce Kenôse plein jusqu'à la gueule et d'une densité délicieusement redoutable.
Deathspell Omega sait aussi se faire intimiste quand les guitares se font claires et égrainent quelques arpèges simples, bourrés d'un feeling renversant. Un feeling malsain que le groupe distille sans effets, juste en s'évertuant à composer intelligemment chaque seconde de ses morceaux parfaitement exécutés par des instrumentistes maîtrisant leur sujet depuis suffisamment d'années pour proposer une approche personnelle d'un black metal complexe et magnifiquement structuré, riche, parfaitement cohérent.
Pour ne rien gâcher la production permet de profiter de chaque note tout en restant brutalement organique, la basse souvent aussi inaudible qu'inutile dans ce style parvient même à se faire une place de choix et s'impose gravement au cœur de ce maelstrom.
Côté "vokills" comme disent les vrais méchants, (clichés sur pattes), pas de superflu non plus, une voix rêche et posée, pure et contrôlée…simple et efficace

Deathspell Omega fait partie de ces quelques groupes qui apportent un souffle nouveau, une réelle profondeur artistique à un mouvement adepte de l'auto parodie involontaire et qui se mord méchamment la queue depuis maintenant quelques années.
Vivement la suite.