Dead Congregation - Putrefying Consecrated Ground - 2005 (Konqueror Records)

Tracklisting:
1.Vomitchrist
2.Lucid Curse
3.Feasting Angelcunts
4. Auguring an Eternal War
5. Downward Spiral Of Morbidity

15/20

N’y allons pas par quatres chemins, Dead Congregation nous sert là un superbe mini de unholy morbid old school death metal (waou... jean claude vandame a rejoint TSOTL)

Les trois grecs distillent une ambiance sombre au long des ces 5 titres. Des grattes accordées bas, une production épaisse, une voix gutturale dans un style début de Incantation... des compositions sombres et prenantes. Le groupe tape sur tous les tempos et s’il est très efficace partout c’est sur les parties lentes que porte ma préférence car le groupe, comme moi, vénére Immolation et on pense très très très fortement (bouh les pompeurs) à quelques reprises aux parties plus atmosphérique de « Close To A World Below ». Certains rapprochent le groupe de la scène suédoise, j’ai plus du mal à comprendre, mais il est vrai qu’on a droit à une petite mélodie typique sur un titre et qu’on pourrait sur certaines parties lentes penser au premier Unleashed. Mais c’est plutôt du coté US : Immolation, Incantation et une touche de Morbid Angel voir de Autopsy que Dead Congregation puise son style qui, si il n’est pas original du tout, offre une synthèse intelligente et débordant d’un pur feeling death metal tout au long de 5 vraies compositions.

Le trio grec a en son sein le batteur de Inveracity, un de ces groupes clones de Suffocation. Outre le fait que ce monsieur ferait mieux de se consacrer à Dead Congregation à plein temps, il permet au groupe de taper quelques blasts et d’être plus riche que certains groupe old school coté batterie. Après, attention, pas de shows du battteur, ça reste sobre et au service des compos. De ce coté là Anastasis, leader du groupe et par ailleurs boss du label Nuclear Winter, a une vision claire et ne joue pas la carte de l’enfummage. Quand je parle de blast, y en a pas non plus des tonnes et on ne tombe pas dans la monotonie d’un Drawn and Quartered pour rester dans la case old school.

Un autre truc c’est que nos amis ne sont pas des jeunots ayant décidé de se rebeller en embrassant la nouvelle mode du old school. Mais point de généralisation car il est certains jeunots, je pense à Verminous, qui font honneur au death metal à l’ancienne.

Bon, j’en vois aiguiser leurs couteaux... .oui le groupe ne crée pas la nouveauté, oui la patte Immolation est très présente à 3 reprises, oui sans les groupes mentionnés Dead Congregation n’aurait sans doute pas vu le jour. Je serais donc clair, si vous vous adonnez au seuls classiques, évitez donc cet album... mais je ne peux m’empecher de chroniquer ce release et de bien le noter tant il suppure le death metal.

Un excellent groupe sans prétention, rester underground leur va très bien, et prenant soin de composer des titres et d’y insuffler une âme... pas original certes mais quel feeling ! J’essaierais donc de vous parler de leur album qui devrait sortir sous peu après un an en studio... je croise les doigts pour qu’il soit du même tonneau.