CULT OF LUNA - Salvation - 2004 ( Earache )

Tracklisting:
1- Echoes
2- Vague illusions
3- Leave me here
4- Waiting for you
5- Drift
6- White cell
7- Crossing over
8- Into the beyond

16/20

Ce groupe Suédois est particulièrement productif. Troisième album en moins de 4 ans, on peut dire que les 7 d’Umea ne chôment pas. De plus la qualité est au rendez-vous. Et davantage de personnalité également. Très souvent comparé à Isis (influence radicalement démentie par les membres du groupe à travers plusieurs interviews), Cult Of Luna trouve progressivement sa voie. Si, tout comme Isis (et également Neurosis), les Suédois calment le jeu et s’orientent vers une musique plus atmosphérique, ils le font à leur sauce, travaillant principalement sur les longues montées en puissance, jouant beaucoup sur les sons clairs de guitares, des ambiances feutrées au clavier (ici point de piout-piout électroniques mais davantage des nappes ou des sons de piano, mixés relativement en arrière). Les morceaux, tournant souvent autour des 10 min, n’explosent pas, ne jouent pas sur d’abruptes cassures ou changements de rythmes ou tempos. Tout le travail de progression est ici joué très finement.
Toujours à propos de finesse, on notera la complémentarité de jeu du nouveau batteur (ex Plastic Pride) et du percussionniste (qui occupe aussi la place de troisième guitariste). Ce n’est pas forcément évident à la première écoute mais Salvation possède quelques petites perles de ce genre, bien cachées au détour d’un riff ou d’un autre. C’est ce même percussionniste qui s’occupe des parties en voix claire, secondant son impressionnant vocaliste qui, malgré un timbre gras et grave, arrive à nuancer son organe et à trouver sa place au milieu d’arrangements quand mêmes assez subtils. Et c’était pas gagné d’avance vu le braillard que c’est.
Autre point positif et non des moindres, Cult Of Luna a gagné en cohésion. L’album dure quand même 73 minutes et c’était un sacré pari que de maintenir mon attention pendant ce temps là. Contrairement aux albums précédents où certains morceaux sortaient du lot, occultant les autres compositions davantage anecdotiques, Cult Of Luna a réussi à construire intelligemment son album et garder l’intérêt de l’auditeur plus d’une heure. Bref, pour peu qu’on entre dans l’univers musical du groupe, on ne s’ennuie pas et c’est un véritable voyage que de se laisser transporter par ces huit morceaux.
Graphiquement, le groupe a gagné en sobriété avec une pochette blanche, simple et efficace.
Salvation, en plus d’être un excellent disque, me semble être l’album de la maturité pour Cult Of Luna. En espérant qu’ils conservent cette qualité d’écriture pour leurs prochains efforts.