COFFIN TEXTS - Gods of Creation, Death and Afterlife - 2000/2004 ( Dwell Records/Brutalized Records )

Tracklisting:
1. Ethereal Conjuration
2. Their Bodies, Our Souls
3. Revengeful Entity
4. The Grand Gallery (Final Judgement)
5. Coffin Texts
6. Earthbound
7. Crypts Of Eternity (Slayer)
8. Disturbing The Priest (Black Sabath)
9. Thy Kingdom Come (Morbid Angel)

15/20

Coffin Texts est un groupe dont, si on y regarde bien, on n’a pas grand chose à dire. Sont-ils cultes ? Bah non pas vraiment. Sont-ils originaux ou novateurs ? Encore moins. Bénéficient-ils d’une hype quelconque ? Viennent-ils d’une scène à la mode ? Sont-ils sur un label faisant preuve de mansuétude en dispensant moult promo au zine « ami » ? NON NON NON et RE NON

Il n’y rien à dire je vous dis !!! Ils ne sont même pas beaux, sont des feignasses de première quand il s’agit de promo, bref il n’y a que des histoires standards et chiantes à raconter. Le trio vient de East LA, partageant une scène death de petit calibre avec Sepsism, Morgion, Phobia, Infamy et Engrave. Ce disque n’est même pas un vrai album mais une démo 6 titres de 94 ou 96 avec 3 covers en rab. En fait c’est plutôt 5 titres car « The Grand Gallery » est une sorte d’intro assez foireuse au clavier bontempi à 2 balles. Mais passons au contenu.

Miam miam...dés l’intro on sent le bon vieux death poisseux et ravageur servi par une production dirty parfaitement adaptée. Le style est old school sans être rétrograde et vaut son pesant de caouétes. Les titres sont plutôt mid tempo même si quelques accélérations viennent écraser nos petites esgourdes. Coffin Texts manie bien les riffs heavy voir écrasant et ne se prive jamais de sortir une ambiance « unholy death crassouille » de derrière les fagots et c’est bien là la force de ce groupe. Des « Their Bodies, Our Souls » à l’intro ravageuse ou des « Ethereal Conjuration » j’en redemande !! En fait c’est pareil pour tous les titres. Et oui, tous les morceaux, comme le title track, à l’intro bateau mais si chargé de feeling death metal, portent en eux l’essence du death metal pour moi.

Les 3 reprises sont sympas, dans la mesure ou on sait que le groupe les a ajouté (elles figuraient sur différents tribute) pour arriver à une durée honnête. La cover de Slayer est bien exécutée et ça fait toujours plaisir d’entendre un titre de l’excellent Hell Awaits dont je comprends pourquoi chez certains il est autant, voir plus, vénèré que Reign In Blood. Celle de Morbid Angel est un peu « pâteuse », un peu plus lente que l’original, et il n’y a que Morbid Angel et son son de l’époque Blessed Are the Sick pour transcender ce vieux titre de death metal. La cover du titre de 1983 de Black Sabbath est carrément sympa, l’original aussi vous me direz mais là le coté heavy est décuplé et je préfère la voix death metal/possédé de Cardenas à celle de Ian Gillan. Attention, sur mon pressage il y a 3 covers, sur d’autres c’est 2 (pas de « Thy Kingdom Come » ce qui n’est pas une grosse perte), tout dépend du label. En effet ce disque a été re-pressé en 2004, justement avec 3 bonus par Brutalized records (cf leur website pour choper le disque mais je ne sais pas ce que vaut ce label car je n’ai pas traité en direct avec eux).

Ce disque m’a un peu fait l’effet de celui de Encabulos : des gars qui n’inventent pas la poudre mais la font parler avec brio.

Sinon un petit mot sur le coté égyptien du groupe, il s’est monté en 94 et pomper Nile à cette époque me paraît impossible (Nile s’est crée en 1993), et c’est vraiment léger (cover + un peu les lyrics) comparé à Nile (du moins sur les 1ers releases).

En tout cas moi j’en redemande, ils ont sorti une promo en 2002 ou 2003 pour le premier vrai album mais impossible de mettre la main dessus. J’ai beau chercher, Dwell records n’existe plus, World war 3 non plus je pense. Morbid records devait le sortir en Europe mais rien. Je sais que le guitariste a eu des problèmes de poignet, qu’ils avaient viré leur batteur et que monsieur Cardenas a joué basse/vox dans Diabolic en 2002, peut être que cela a suffit à tuer le groupe qui avait pourtant de nouveaux titres écrits…ce serait bien dommage en tout cas pour moi en ces temps de sorties d’albums prozac, soit disant violents mais tout simplement chiants, à la Deeds Of Flesh et consorts.