COALESCE - Give them rope - 1997 ( Edison )

Tracklisting:

1 – Have patience
2 – One on the ground
3 – Cut to length
4 – For all you are
5 – Still it sells
6 – Chain smoking
7 – Did it pay the rent
8 – Every reason to
9 – I am not the first
10 – This is the last
11 – I took a year

15/20

Coalesce, Coalesce… La 1ère fois que j’ai entendu parler de ce groupe, c’était en 1996. Ils venaient de sortir un mini CD sur Earache que j’avais eu l’occasion d’écouter alors et j’avoue avoir reçu alors une claque monumentale. Trois titres d’un hybride brutal de hardcore, métal et noise, comme si le Napalm Death de ‘‘Fear, Emptiness, Despair’’ et ‘‘Diatribes’’ croisait le fer avec Today Is The Day d’Amphétamine Reptile (remarquez, si on se replace dans le milieu des 90’s, on est en plein dedans). Rythmiques syncopés, riffs dissonants, voix écorchée, impression d’étouffement, structures chaotiques enchaînant plans sur plans avec une facilité déconcertante, la musique de Coalesce attaque directe à la gorge et écrase sa grosse patte sur votre poitrine, histoire de perturber un peu plus vos fonctions respiratoires. Earache a eu du nez sur ce coup là, un split avec Napalm Death est même sorti. Mais Earache, pour je ne sais quelle raison, n’a pas gardé ce prometteur poulain dans son écurie.
Bref… quelques 7’’ traînent dans les mailorder et je me jette dessus avec avidité jusqu’au jour où au hasard de mes recherches je tombe sur ce ‘‘Give Them Rope’’. Le voilà enfin le premier véritable album de Coalesce ! Démarrage sur les chapeaux de roue avec ‘‘Have Patience’’, déjà présent sur le split 7’’ avec Converge. Amplitude quasi maximale sur l’échelle de Richter. Batterie, basse, guitare, voix, tout rentre en même temps en une masse sonore compacte où le rythme binaire n’a pas lieu d’être, la complexité mathématique règne en maître, le sens mélodique annihilé et les riffs accrocheurs totalement absents. Pris dans un véritable cyclone dans lequel surnage la voix grave monocorde et étouffée (principal changement depuis le mini sur Earache) de Sean Ingram, on cherche avec désespoir la moindre bulle d’air. On peut chercher longtemps. Coalesce renvoie Jacques Mayol dans sa baignoire et instaure de nouveaux records d’apnée et qui plus est, en milieu hostile. S’emboquer ‘‘Give Them Rope’’ d’une traite relève du stage commando chez les Marines ou de la performance SM tant cet album atteint des sommets de brutalité, d’aridité et de densité. Mais qu’on ne s’y trompe pas, en faisant l’effort de s’immerger dans ce chaos sonore, ‘‘Give Them Rope’’ est un album d’une grande richesse et originalité avec un niveau technique mettant à l’amende la plupart des groupes hardcore new school de l’époque. Les paroles sont également très hermétiques. Ingram semble régler pas mal de comptes avec son entourage, la ‘‘scène’’ et ses modes de pensées institués, le politiquement correct. Tout le monde en prend pour son grade. Ingram est également connu dans la scène pour ses déclarations politiques fracassantes et ses prises de parti à l’opposé de certains discours récurrents de la scène hardcore. Ingram républicain ou provocateur ? Peu importe, ses paroles mettent le doigt sur de nombreux points sensibles et comportements. De plus, le monsieur possède un certain talent pour l’écriture : I come from rock that came from nothing. I come from dead to copulate and condescend. So here I scream in coincidence, and there you listen without hearing a word. Still it took a year to hear a thing. Have patience as the combination waits to form one ounce of trust, and your faith the same […].
Cette parenthèse littéraire fermée, je ne saurais que trop vous conseiller de jeter une oreille à ce disque, non seulement pour le style mais également pour l’influence que Coalesce a sur la scène post hardcore actuelle. Avec Rorschach et Deadguy, Coalesce est le père spirituel de tous ces groupes chaotiques oeuvrant dans la surenchère de riffs et de rythmes chaotiques, une référence indiscutable pour tous les fans des productions Hydra Head, Willowtip, Robotic Empire, Escape Artist ou encore Relapse.
A noter que cet album a été réédité récemment sous le nom de ‘‘Give Them Rope She Said’’.