BRUTAL TRUTH - Sounds of the Animal Kingdom - 1997 ( Relapse )

Tracklisting:
1 dementia
2 k.a.p.
3 vision
4 fucktoy
5 jemenez cricket
6 soft mind
7 average people
8 blue world
9 callous
10 fisting
11 die laughing
12 dead smart
13 sympathy kiss
14 pork farm
15 promise
16 foolish bastard
17 postulate then liberate
18 it's after the end of the world
19 machine parts
20 4:20
21 unbaptized
22 prey

14/20

Complètement intégré chez Relapse, BT sort ici un disque vraiment dur. On atteint parfois les limites de l'audible. La prod est résolument « moderne ». Le son est bien abrasif, la voix de Kevin Sharp, très en forme, au sommet de son style, vient se poser tel du venin sur un bloc de noise. Rich Hoak imprime sa marque et on oscille entre blast parkinsonienne, beat degingandé et roulement frénétique. Quant à Gurn, dans la lignée des 2 précédents, établit clairement son style bien particulier et barré. Par contre, si les plans schizo partant dans tous les sens faisant toujours mouche avant, je trouve parfois qu’on touche au stérile sur ce disque.

C'est un cd que j'écoute rarement car il est réellement difficile d'accès. On se prend de véritables murs de sons et il faut vraiment s’accrocher pour capter ce qu’il se passe.
Pour autant, BT n’a pas raccroché les parties heavy, punk ou groovy mais certaines parties font figure de barrage sonore dur à encaisser.

« Sounds… » a donc son lot de perles de brutalité et de passages mémorables mais certains morceaux font vraiment mal ("pork farm" sur lequel on jugera du style si spécial de leur gratteux, "prey » ). Dommage donc que BT soit stérile sur des morceaux comme «k.a.p » (simpliste), « Soft Mind », « Die Laughing », « sympathy kiss » malgré son intro monstrueuse, ou « prey » qui reprend un passage de « Average People » bouclé à rendre taré en criant stop. Ou aussi « Promise », suivi de « Follish bastard » et « Postulate The Liberate », qui malgré le refrain du dernier, constitue une série « bobos aux oreilles » pas transcendante.
Ils posent ensuite un instrumental bizarre, reprise de Sun Ra (bizarre de toute façon). La c’est Rich Hoak avec son amour du noise qui déteint sur le groupe. Récompense avec l’excellent « Machine Parts ». Ensuite c’est du n’importe quoi avec « 4.20 » (2min50sec de silence) et une impro doomy grind lourdingue suivi de « Prey » (vous savez le titre qui rend fou).

Toujours très violent et rapide ce cd continue de me laisser sur le cul : je ne sais pas trop s'il faut crier au génie. Ce qui est sur c'est qu'ils ont développé un style unique au monde. Enfin si vous avez aimé les autres vous aurez votre lot avec "dementia", "fucktoy", "jemenez cricket", "average people" (gros début, gros final mais accrochez-vous entre les 2), "blue world", "callous", "fisting", "pork farm" (je suis un peu maso), "postulate then liberate" (quand même) et l’excellent "machine parts".

Ce cd allait marquer le début de mésententes dans le groupe débouchant sur un split. Un live ("goodbye cruel world") est sorti depuis avec 2 concerts et pas mal de reprises (Black Sab, Agathocles, Melvins...) ou versions démos. J'aime bien mais je ne le conseillerais pas pour commencer avec le groupe (tout comme ce "sounds of the animal kingdom" d'ailleurs).

Dan Lilker rejoue dans SOD, a un groupe de black old school (Hemlock) et a collaboré avec Exit 13 (Rich Hoak aussi), autre groupe de grind sauvage. Kevin Sharp (voc) a "chanté" en 2000 sur le cd de Damaged (je ne connais pas). Et enfin Rich Hoak a monté son label def america et joue dans Total Fucking Destruction un style encore plus stérile et taré (trop grillé les neurones le père Rich). Au final rien de quoi rattraper la perte de Brutal Truth (snif). Mais bon ils auraient continué qu’ils seraient devenus un groupe comme les autres avec ses hauts et ses bas (ça commence un peu avec « Sounds… » je trouve).

Enfin respect à Dan Lilker qui a plutôt eu tendance à aller de plus en plus loin avec l'age...toujours underground et motivé pour tout arracher...quand on pense à son premier groupe (Anthrax) et aux gens qu'il côtoyait à l'époque (Metallica...)...Ce gars doit être fou mais c'est si bon...