BLOODLET - Three humid nights in the cypress trees - 2002 ( Victory Records )

Tracklisting:
1 – Learn to fly : ascent
2 – The way of the leeches
3 – I have such a hard time making new friends
4 – Vision quest
5 – Learn to fly : descent
6 – The way of the will
7 – Three humid nights in the cypress trees
8 – Worms
9 – Motel surgery
10 – Learn to fly : impact
11 – The way of the knife

06/20

On pensait que Bloodlet avait splitté. Oui ils avaient splitté mais finalement, se sont reformés. A l’écoute de ce nouvel album, fébrilement inséré dans ma platine, je me dis qu’ils auraient mieux fait de rester morts. Et d’une, Bloodlet est revenu mais sans Charles King qui, comme vous devez commencer à le savoir, était un élément primordial dans le son du groupe. Et de deux, Bloodlet s’engage dans quelques expérimentations plus que douteuses. Scott Angelacos en avait peut être marre de s’entendre dire qu’il ne savait brailler que d’une manière monocorde. Il s’est donc essayé au chant clair. Malheureusement, ses expérimentations vocales tendent plus vers le néo (néant) métal de seconde zone (y en a-t-il une première). Et avec le chant vont les riffs qui correspondent. Comprendre non pas riffs sautillants mais plutôt bidouillages pseudo malsains façon early Korn. Sauf que quand Korn faisait ça en 1994, c’était pas mal. Bloodlet s’escrime à essayer de ressortir ce qui a fait a recette avec Eclectic et Entheogen mais sans la classe d’alors. Pourtant tout n’est pas mauvais dans ce disque, certains plans sont même pas mal du tout mais ça passe pas. Ça a 8 ans de retard et les délires vocaux d’Angelacos ne peuvent éviter d’attirer la comparaison avec une scène néo-métal sursaturée et dont 99.9% des groupes sont inutiles et nuls à chier.
Essai raté, je me contenterai d’Entheogen et surtout The Seraphim Fall.