BESTIAL WARLUST- Vengeance War 'till Death - 1994 ( Modern Invasion )

1. Bestial Warlust
2. Dweller of the Bottomless Pit
3. Satanic
4. Heathens
5. Hammering Down the Law of the New Gods/Holocaust Wolves of the Apocalyspe
6. Storming Vengeance
7. At the Graveyard of God

14/20
(Bourré et haineux)

6/20
(Lucide et d’humeur stable)

Dans la droite lignée d’un Blasphemy, habité par l’esprit bourrin d’un Venom, d’un Sodom des débuts d’un Sarcofago et cie, Bestial Warlust se lâche en 1994 de son premier release. Fondé des cendres de Corpse Molestation (1991-1993), combo tendance gros bourrin de base, Bestial Warlust fut un des premiers groupes de ce qu’on pourrait appeler War metal. Le groupe est clairement dans la droite lignée de Corpse Molestation, même esprit, même finesse, allant jusqu’à reprendre 2 titres de Corpse Molestation (« At the graveyard… » et « Dweller… »).

Pour le coup avec cette « guerre de vengeance jusqu’à la mort » (comprendre « bllleeuuuarg »), je me demande parfois si Bestial ne se pose pas en sérieux concurrents de Sadistik Exekution, dans un registre certe différent car ça reste moins mongoloïde et plus digeste. Seul ceux qui connaissent Sadistik Exekution peuvent mesurer la portée d'une telle…accusation.

Comment définir leur "musique" ? Qui peut donc jouer cela ? C’est facile : vous prenez une horde de barbare qu’on aurait lobotomisé, oui oui lobotomisé, qui ont été élevé au Sarcofago, aimant sans doute s’éclater des bouteilles de bières en verre sur la tronche, hurlant plutôt que parlant , n’ayant pour vocabulaire les mots kill, fuck, metal, satanic, death et bleuarg (oui c’est un mot pour eux). A mon avis nos amis australiens sont de ceux qui louent à qui veut bien la sophistication du « Obsessed by Cruelty » de Sodom. Bref une belle bande d’humaniste au QI de 350.

La prod est dégueu mais puissante (en quelque sorte), habitée d’une sorte de souffle constant qui monte et qui descend, la voix acide du « chanteur », souffrant d’un truc à la gorge je pense, bouffe un peu la musique qu’on pourrait décrire comme un long blast clairement foireux avec des riffs binaires changeant aléatoirement. Pour le coup on a presque droit à une espèce de long titre. Pourtant sur la pochette, il y a écrit 8 titres mais le cd n’a que 7 plages ! De toute façon, on s’en fout car impossible de savoir quand on passe d’un titre à l’autre à 2 exceptions prés. Et puis le dernier titre est pas mal quand même. La prod est crassouille, des fois quand le chanteur gueule trop ça part en larsen. Les pseudos solis sont inaudibles, soit on les entend pas soit ça déchire les oreilles. Pour autant le son est épais et avec du volume ça…quelle verbe choisir ? ça dévaste...voilà ! dévaster est pas mal. J’avais bien envie d’écrire que le son noie les détails mais en fait je me suis ravisé car à mon avis des détails bah y en a pas dans cette « musique ».

Pour le coup c’est du quasi n’importe quoi et le second release, chroniqué sur le site, passe carrément mieux car les titres sont plus construits. Les fans de Conqueror se réjouiront, la population hurlera au bruit pur et simple, les amateurs de musiques extrême rigoleront devant tant de bestialité pure et simple. Pour ceux que ça intéresse encore, Bestial calme parfois le tempo, c’est peut être là qu’il est le plus efficace en même temps ça arrive pas souvent. Moi ça dépend, soit je trouve ça jouissif, soit je me marre. A écouter une bière à la main quand vous voulez vous péter le crane (ce que je suis en train de faire d’ailleurs eh eh). En tout cas, vu la date de ce truc et le degrés de bourrinerie atteint, je comprendrais qu’on dise que c’est culte et surtout bien underground. Et je trouve ça plus puissant et ultime que Black Witchery, Conqueror, Revenge ou même Blasphemy.

Impossible de rester indifférent à cette tornade musicale de barbares assoiffés de sang et sous amphétamine….les quelques bières que j’ai bu, et surtout les neurones que j’ai perdu à écouter ce truc d’une traite me poussent au 14, j’aurais honte demain et je vous direz qu’un 6 (faut quand même récompenser une telle abnégation à vous défoncer les tympans) suffirait amplement…