BAD RELIGION - No Control - 1989 ( Epitath )

Tracklisting:
1.Change Of Ideas
2.Big Bang
3.No Control
4.Sometimes I Feel Like
5.Automatic Man
6.I Want To Conquer The World
7.Sanity
8.Henchman
9.It Must Look Pretty Appealing
10.You
11.Progress
12.I Want Something More
13.Anxiety
14.Billy
15.The World Won't Stop

16/20

Si vous détestez ce qu’on peut définir communément comme hardcore mélodique, punk à roulettes ou skatecore, ou bien des groupes comme Green Day, Blink 182 et j’en passe, il y a un groupe à maudire. Ce groupe, c’est Bad Religion. En effet, cette vieille formation californienne (1er album autoproduit en 1983) fut l’une des premières, si ce n’est la première à mélanger le punk hardcore avec des mélodies pop. Pour résumer, morceaux rapides, mélodies accrocheuses, refrains efficaces.
Mais Bad Religion ne se limite pas à ça. Avec un nom pareil, vous vous doutez bien que ce groupe ne s’amuse pas à raconter des histoires de bowling, de déboires d’adolescents crétins et autres niaiseries de skaters (bouh le méchant jugement de valeur). Formés entre autre de profs de fac à l’esprit bien affûté, Bad Religion aborde beaucoup de sujets socio-politiques avec une rare intelligence et un certain humour / cynisme évitant de tomber le pamphlet / machine à slogans trop facile. Pouvoir de la religion sur la société américaine (eh oui, pas la peine d’attendre Bush Jr pour en parler), colonialisme moderne, stress, relation à l’autre, rôle de l’image… bref tout y passe, de manière claire et concise, sans jamais tomber dans le pompeux.
Côté musique, No Control est réputé pour être l’album le plus rapide de Bad Religion. 26 min, 15 morceaux, vous situez ? Excepté le lourd Sanity, tous les morceaux sont exécutés à toute berzingue, ponctués par de brefs solos, pas forcément géniaux mais suffisamment bien sentis pour s’intégrer à l’ensemble. On notera surtout le gros travail des harmonies vocales, entre le chant principal et les chœurs soignés venant le seconder, tout en maintenant cette urgence propre au punk rock.
No Control s’écoute d’une traite, cul sec, sans jamais relâcher la tension et sans lasser l’auditeur. Vous me direz qu’en 26 min, c’est court pour lasser. Certes… certains groupes ont juste besoin de 20 secondes pour me les hacher menues. Bref… tout ça pour dire qu’on a affaire ici à un classique du punk rock, excellent au demeurant, qui a certainement participé à la construction de certains standards musicaux. Peut être le meilleur album de Bad Religion. Indispensable à qui veut compléter sa culture punk.