AUTOPSY - Severed Survival - 1989 ( Peaceville )

Track List :

1. Charred Remains
2. Service For A Vacant Coffin
3. Disembowel
4. Gasping For Air
5. Ridden With Disease
6. Pagan Saviour
7. Impending Dread
8. Severed Survival
9. Critical Madness
10. Embalmed
11. Stillborn

18/20

1987, rappelez-vous, DEATH sort son premier album, un monument de metal sauvage et outrageant, devenu la pierre angulaire du death metal qu’on connaît. C’est marqué par ce style que le batteur Chris Reifert part monter Autopsy et nous sert « Severed Survival » en 1989.

Autopsy est très marqué par la bestialité de « Scream Bloody Gore », sa bourrinerie sans fard mais Autopsy y a insufflé un feeling macabre grâce à un goût pour les parties lentes et poisseuses, à un son gras et « roots », à une basse bien audible, tenue par Steve Digiorgio de Sadus. On ajoute à cela un coté un peu grotesque, notamment avec la voix dérangée de Chris Refeirt. Chris qui ne se prive pas de martyriser ses fûts avec la finesse d’un mongolien et la conviction d’un simple d’esprit qui aurait découvert les joies malsaines du meurtre et de la molestation de cadavres. Ce sont aussi les solis Slayeriens/groovy du fidèle Danny Coralles, inséparables de Chris Reifert, et de Eric Cutler. Autopsy, c’est encore, je sais que c’est galvaudé vu d’aujourd’hui, des lyrics particulièrement immondes et dérangeant renvoyant Cannibal Corpse à la maternelle. Bref, tout ça, surtout les parties doom, et même si je sais que c’est sorti après le premier Death, me fait préférer ce « Severed Survival » au premier album de Death que je n’écoute quasi jamais contrairement à Autopsy. Sans doute plusieurs raisons, peut être que Death a tellement été copié qu’il en perd sa saveur à mes yeux ? Je ne pense pas car j’adore « Leprosy » même si cet album était la bible du death et a été tellement pillé qu’en l’écoutant on n’y verrait plus que des plans bateaux. Mais je pencherais plutôt pour une plus grande efficacité côté barbarie de Autopsy.

Autopsy est devenu rapidement un culte pour tous les amateurs de musiques gores, dérangées, bourrines et dégoulinantes. Le tout simplement, sans grosses productions, limites en prise live, sans effets, bref du naturel. Autopsy en fait c’est surtout une âme et un feeling malsain et bourrin. C’est le premier groupe à avoir injecter du groove dans son death, un titre comme « In The Grip Of Winter » de l’album « Mental Funeral » l’illustre bien, genre Black Sabath fait du death. Autopsy a aussi un son et certains riffs qui ont clairement inspirés la scène Suédoise à ses balbutiements à savoir Nihilist et Carnage.

Cette simplicité et ce son brut de décoffrage, si ils peuvent être rebutants au départ, sont en fait grâce au feeling de la troupe, des éléments importants de Autopsy. J’insiste là-dessus car écouter rapidement il serait tentant de dire, comme je l’ai fait moi-même il y a quelques années, que Autopsy c’est du bête death old school à écouter une fois dans sa vie pour services rendus à la patrie du Death Metal il y a longtemps. Mais plusieurs écoutes plus sérieuses m’ont converti à ce death dégingandé, lourd et malsain, à cette ambiance que seul Autopsy sait distiller.

Autopsy nous a ensuite pondu un « Mental Funeral » du même acabit, même si plus porté sur les ambiances horrifiques dantesques, et un « Acts Of The Unspeakbale » plus fouillis, voir décousu, gras, mais contenant de petites perles vraiment dérangées et annonciatrices des immondices qu’allait nous servir Abscess d’un point de vue lyrics. Ensuite à partir de « Shitfun » inclus, en passant la formation de Abscess, très proche de Autopsy avec un coté punk & 70’s plus prononcés, et la sortie de 3 premiers releases, tout est à oublier du coté de la paire Reifert/Coralles. Il faut attendre un « Through The Cracks Of Death » chroniqué dans ces pages, pour retomber dans le bon.

Les premiers releases de Autopsy sont en tout cas réédités chez Peaceville records le tout avec du bonus (notamment 10 titres live & le ep « Fiend For Blood » pour « Acts Of The Unspeakeable »), bref que du recommandable pour les amateurs de death poisseux, décharnés et horrifique.