Agathocles - razor sharp daggers - 1995- ( cyber music, 2000 bones brigade)

Tracklisting:
25 titres composés pour l'occasion
+ "Distrust and abuse" split ep
+ AG/man is the bastard split ep
+ ag/social genocide ep
+ 3 unreleased tracks
+ ag/patareni split ep
+ ag/audiorrea split ep
+ ag/punisher split ep

15/20



Vieux de la vieille, équipé d'une liste de release à faire palir Nunslaugther, les belges de Agathocles (Jan en fait) porte haut la bannière du grind, du vrai, à l'ancienne, politisé et underground, depuis les 80's (c'est ça qu'ils appellent le mincecore). Une institution quoi ! Une tripotée de split tape et de ep avant le 1er véritable album, notion qui n'a en fait pas vraiment de sens pour Agathocles, en 1991. Celui-ci consiste en fait en 9 nouveaux titres, les plus death metal que Agathocles ait jamais fait et pas les plus palpitants, plus une collection d'ep. Assez emblématique d'un death/grind de l'époque, ces 9 titres plaisent au dinosaure que je suis même si dans l'absolu il n'y a vraiment pas de quoi sauter au plafond. La tripotée d'ep s'avèrent bien plus grind, avec son crassouille et tout...ambiance. Le niveau monte sur les 16 titres de « black cloud determinate » qui aurait mérité un meilleur son, sans que celui-ci soit mauvais, qui aurait apporté plus d'épaisseur. Classique, efficace, un petit blitz à l'ancienne agrémenté de 14 titres live.

Le niveau monte encore sur l'objet du délit, peut être leur album le plus diversifié et réussi selon moi. Sans être radicalement différent dans l'esprit, la sauce prend plus. On note déjà un son plus épais. Les influences sont claires, là n'est pas l'objet. Le riff de « clean the scene » m' fait pensé, son de gratte inclus, au « social sterility » de Napalm Death. Le 3 eme titre est hardcore/punk, c'est une des caractéristiques de ce disque qui en comportent plusieurs (pas tous réussis). Au final Agathocles manipulent les influences crust et punk, on pense à ENT (époque Murder notamment sur « deserve to die » sur lequel je m'attendais à entendre Dean Jones gueuler !), un peu de Carcass (vieux, juste une chouille), du d-beat aussi, du hardcore donc, et du vieux Napalm Death (scum, mentally murdered)... Quelques pseudo soli et 2 titres plus lents « lunatic » et « fear not » parachèvent un album de Agathocles assez diversifié, écoutable de bout en bout, plutôt saignant...donnant plus d'une fois l'envie de gueuler un refrain ou de taper un truc. Attention, cela reste toujours taillée pour la scène et farouche (les titres purement grind/crust sont globalement très efficaces...les titres hardcore un peu moins), ce n'est pas un album conceptuel, expérimental ou surproduit. On retrouve ep à la fin un 20aines de titres en plus (6 split ep et 3 unreleased tracks). Des prod plus undergrounds...bien grasses (le ep « distrust and abuse » est pas mal), une bonne couche d'esprit grind.

Si il ne devait en rester qu'un ce serait celui là pour moi...ensuite « thanks for your hostility » ou peut être « black cloud...» non que leurs prods récentes soient mauvaises, mais c'est devenu très quelconque, trop old school/ultra basique pour leur propre bien, le tout avec un batteur chiant. Mais le respect reste total (longévité, intégrité et surtout esprit).