After Death - Retronomicon - 2007 (Iron Pegasus)

Track listing :


Secret Lords of chamber below (2006): 4 titres

Reviving The Gods (2004): 4 titres

Consumed demo : 2 titres (sur une seule plage)

Vibrations ep (2000): 5 titres

--




Monté sur le line up originel, à un membre prés, des démos de Nocturnus, After Death a pas mal connu de galère de line up...que nous allons vivre sur cette compilation...

Avec les 3 premiers titres, je replonge en adolescence, en geek fan de fantasy et sci-fi. Dans cette période ou j’ai découvert « Thresholds » (avant le 1er). After Death crée un univers propice à ce type de feeling, mais moins technique tout de même que Nocturnus. Le titre d’ouverture est monstrueux dans ce feeling. On pourrait trouver un coté série B mais c’est bien fait, une sorte de death opera. Bien qu’evidement assez porté sur les claviers, After Death assure pas mal aux riffs avec Damien Heftel et coté soli un peu technique, assez metal mais de bon gout et renvoyant presque au Nocturnus de « Thresholds ». Le risque de ce type de style est la maladresse qui transformerait ça en truc un peu cheap. Mais en dehors d’un 4eme titre en dessous, c’est plutôt bien et ça a un coté madeleine de Proust.

Bonne entrée en matière et je reste surpris qu’on ait pas plus parlé du groupe avec des titres comme ça. Pas ultime ou géniaux mais quand même. La suite va vite me faire comprendre pourquoi...

Le ep « Reviving the gods » de 2004 est très « keyboard driven » mais façon presque gotho pouffe. C’est limite mauvais gout avec un coté cabaret cheap. Et à partir de là, le bas blesse sévèrement. Le second titre est moins...comique (le seul mot qui me vient à l’esprit) mais trop mélo pourri. Et le lourd de chez lourd sont les backing vox de Lisa Lombardo qui sont juste...merdique...gavant... Dans un groupe rock gothique gentillet en mode second degré why not (et je dis ça en amateur ponctuel de death rock). Mais là on est en pleine musique de train fantôme. Browning a bien fait de la virer tant elle casse un truc déjà pas gégéne. Du coup on se rappelle que Browning n’a jamais été un grand vocaliste (c’est un point faible du 1er Nocturnus), avec une seule façon de chanter et ça aussi ça finit par gaver (et il est pas mal dans le « poum tchak, poum tchak » en plus). Je comprends que Erik Rutan ait eu mieux à foutre que de finir le mixage de ce ep. En effet, Browning indique dans les notes du livret qu’il trouvait que le clavier n’était pas assez en avant dans le mixage de Erik Rutan et qu’il a du aller voir ailleurs ce dernier étant en repete ailleurs pour Hate Eternal. Je comprends Rutan qui a du vouloir sauver le truc du naufrage...et j’imagine Browning se faire casser les noix par Lisa Lombardo (qui devait etre sa nana en plus) pour mettre plus de clavier : « chéri si tu ne remixe pas le ep pour me mettre plus en avant...et bah tu va te la coller sur l’oreille pendant un mois»...et Rutan, sans doute mort de honte à l’idée de voir son nom accolé à cette bouse, qui devait esquiver au telephone en mode « le numéro que vous avez demandé ne réponds plus » ou alors « non là je prépare une tournée » ou encore "mon ventilo d’effet capillaire pour concert est cassé, je dois aller chez darty" ...comique...

Le 2 titres « consumed» est une version remixée de la demo tape de 2003. Elle présente plus d’intérêt, se rapprochant presque des démos de Nocturnus, mais ne se démarque pas assez dans le riff (plus j’ai un soupçon de drum machine à un moment) tout en étant plus mélodique. A noter la présence de Bryan Hipp à la gratte, ex Diabolic (subterraneal magnitude) mais surtout gratteux de Brutality sur «when the sky turns black»...mais encerclé par les 2 ep encerclant cette démo est un ilot

Le ep « Vibrations »...que dire...on s’enfonce...là j’ai juste honte pour Browning. Les backing vox de la nana sur le titre « Nocturnus » sont juste pourris, un véritable massacre « ho ho ho ho..la la la la... » putain merde Mike !! Le sens du gout ! je sais que tu as toujours aimé les choeurs, déjà sur la démo Science Of Horror de 88, mais là quand même !...et en plus elle en fait une tonne au clavier. Sincèrement elle a confondu After Death avec groupe de rock gothique kitsch et de 3eme classe en plus . Les cœurs sur le refrain aussi sont a chier par terre...et le pire c’est qu’on finit par trouver ce qu’il y a derrière pas trop mal alors que c’est une suite de riffs un peu ballot et de soli qui tournent à la branlette hair metal (si si). Une insulte au nom de Nocturnus. On continue : sans la voix de Browning, le début de « Jesus Will Weep Again » aurait pu faire un titre de hair metal. Je ne rigole pas : gros chorus « bouge ton boule dans ton spandex », refrain pourri, soli à la 80’s. Une horreur...au secours...et bam encore de gros chœurs pourris. On enchaine sur un instru invoquant Chtulhu qui pourrait servir de musique à des scènes dans la jungle de film comme « Alan quatterman et les diamants cachés (dans ton cul)... ». Et on termine sur un titre ouvert par de superbes cris de chattes de miss Lombardo qui pourrait annoncer le refrain d’Interville (si si le truc de Guy Lux) le tout suivi d’un soli hair metal porté par un riff moisi. Putain que Browning s’est mal entouré. C’est juste à jeter à la poubelle. Je pense que ce ep n’est pas sorti non pour des raisons de budget, comme indiqué dans le booklet par Browning, mais que Hammerheart en entendant le truc a dit ‘stop je ne fous pas un euro de plus dans cette bouse» et je ne leur jette pas la pierre...eux aussi ont du en sortir de belles aux excuses au téléphone.

Bref Browning n’a rien d’un génie, on le savait mais là putain la descente aux enfers est dur. A part, et à la limite, le passage avec Bryan Hipp, After Death tournait au mauvais groupe de horror metal kistchouille et seul le 4 titres de 2006 ouvrant la compil est digne d’interet et laisse augurer de trucs pas mal. Le reste est à jeter tout simplement...la réedition des démos de Nocturnus chez Karmageddon est à privilégier. Car soyons clair, j’écoute le 1er Nocturnus en finalisant cette chro et c’est incomparable: Browning n’a jamais retrouvé des gratteux du calibre de Mc Nenney et Davis ou un clavier comme Panzer...